Hypertension: gare à la consommation excessive de pommes de terre

Contrairement aux idées reçues, tout ce qu’on trouve sur les étals des maraîchers n’est pas bon pour la santé. Une nouvelle étude suggère ainsi qu’une consommation élevée de pommes de terre élève la tension artérielle.

En effet, selon les auteurs de cette étude publiée dans le British medical journal, par rapport à la consommation de pommes de terre une fois par mois, les personnes qui en mangent  – au four, bouillies ou en purée – quatre à six fois par semaine augmentent leur risque d’hypertension de 11%.

Un risque qui augmente de 17% lorsque les frites sont ajoutées à ce menu hebdomadaire. Selon les auteurs, l’apport en selne modifierait pas les résultats mais ils reconnaissent ne pas avoir pu contrôler toutes les variables possibles dans les recettes.

C’est en analysant les données de trois grandes études prospectives américaines, ayant suivi sur plus de 20 ans 187 000 hommes et femmes, qu’ils arrivent à cette conclusion publiée récemment dans le British Medical Journal.

Deux de ces études sont très connues pour avoir déjà fourni des résultats remarquables dans divers domaines: il s’agit des deux premières éditions de la Nurses’ Health Study (NHS), un programme de recherche lancé en 1976 et qui a donné lieu à l’étude prospective centrée sur la santé des femmes la plus grande du monde. Quant à la troisième, connue sous l’acronyme de HPFS pour Health Professionnals Follow-up Study, elle a suivi exclusivement des hommes, âgés de 40 à 75 ans, depuis 1986.

Dans chaque cas, la quantité consommée permettait d’établir une base de comparaison entre les individus, chaque participant devant décrire avec quelle fréquence il consommait un tel plat de patates: de «jamais ou moins d’une fois par mois», jusqu’à «six fois par semaine ou davantage», ce qui a permis aux auteurs de déterminer plusieurs catégories de consommation.

Il s’avère alors que les individus qui consommaient au moins une portion quotidienne du premier groupe de pommes de terre étaient 13% plus nombreux à être devenus hypertendus. Pour ceux qui consommaient des frites au moins quatre fois par semaine c’est encore pire, puisque leur risque relatif monte alors à 1,17.

 Les auteurs expliquent cette augmentation du risque par l’importante charge glycémique liée à la consommation de pommes de terre, l’augmentation de la glycémie pouvant entraîner une dysfonction des parois internes des artères susceptible de mener à une augmentation de la pression artérielle. En revanche, et paradoxalement, la comparaison des données montre que l’augmentation du risque est presque nulle pour les consommateurs de chips, même à raison de quatre portions par semaine ou davantage!

Afriquefemme avec afripulpe