Serge Farini : « Je tiens d’abord à remercier son Excellence Monsieur le gourveneur du Nord-Kivu Carly Nzanzu qui a placé sa confiance en notre modeste personne » ( DOSSIER DE LA SEMAINE)

Ancien coordonnateur de la radio-télé MISHAPI VOICE TV, Serge est désormais le nouveau coordonnateur de la cellule de communication du gouverneur de la province du Nord-Kivu. Il a été nommé par arrêté ce mercredi 18 mars 2020. Serge Farini promet de mettre tous ses efforts en jeux pour servir sa province. Kivunyota Hebdo l’a rencontré ce samedi et a accepté de présenter ses sentiments de gratitudes au gouverneur à nos lecteurs.

Kivu Nyota Hebdo : Vous venez d’être nommé comme coordonnateur de la cellule de communication du gouverneur de la province du Nord-Kivu, quels sont vos sentiments ?

Serge Farini : Des sentiments de gratitudes. Je tiens d’abord à remercier son excellence monsieur le gouverneur de province du Nord-Kivu Carly Nzanzu qui a placé sa confiance en notre modeste personne. Donc des sentiments de joie, des sentiments d’une lourde responsabilité, d’un grand défi à relever !

KNH : En assumant ces fonctions, c’est quoi le grand défi que vous cherchez à relever ?

Serge Farini : Vous savez, il faut déjà partir du fait qu’il y a une grosse différence entre la communication médiatique et la communication politique. La communication politique, c’est de ce qu’il s’agit maintenant, de mon nouveau parcours ; il s’agit d’améliorer dans l’opinion l’image de la province du Nord-Kivu et par ricochet l’image du gouverneur de province. C’est dire que c’est là la tache que je vais présider, une tache qui demande une grande abnégation, qui demande une grande prudence des tacts. Il faut utiliser les mots qu’il faut, c’est dire que c’est un nouveau challenge au-delà de cet aspect de la communication politique ; oui, il y a aussi une communication médiatique au niveau de la cellule de communication du gouverneur avec les services de presse et information, alors il faut savoir jongler avec les deux réalités.

KNH : Vous avez été pendant beaucoup de temps journaliste et animateur de plusieurs émissions à caractère politique, juridique, économique… vous avez été un peu partout ; avec vos nouvelles fonctions, serait-ce un au revoir à la presse ?

Serge Farini : La question vaut son pesant d’or. En principe, dans le langage vulgaire, il ne serait pas aisé de dire au revoir à la presse. Ça reste là dans le sang et ça nous suit partout où on va mais en terme clair je dois dire ici, je dois affirmer que je ne fais pas partie de mon groupe de presse MISHAPI VOICE TV. J’ai été appelé à de nouvelles fonctions et je dois m’assurer comme tel.

KNH : Vous avez fait allusion parmi les grandes taches  que vous aurez à assumer celle de  soigner l’image politique, les relations publiques de son excellence monsieur le gouverneur de province, aujourd’hui, alors qu’on parle de Coronavirus, en vous appuyant sur le message lancé par le gouverneur ce jeudi 19 mars 2020, quel message vous lancez à la population par rapport à cette crise que nous surmontons actuellement ?

Serge Farini : En relayant les propos de l’autorité provinciale, je crois que c’est clair. On dit mieux vaut prévenir que guérir. Non loin de notre province, il y a des pays limitrophes dont le Rwanda qui a déjà enregistré quelques cas. Le président rdcongolais a pris des mesures et en province il était normal qu’un gouverneur bien averti comme le gouverneur en place puisse déjà réfléchir préventivement sur certaines stratégies devant permettre à la population de se protéger et être à l’abri de ce fléau qui a atteint le degré de paroxysme dans des pays développés. Donc c’est une prévention et nous continuons à demander à la population de tenir compte de toutes les mesures préventives qui ont été mises en place . Comme je l’ai dit, il vaudrait mieux prévenir que de constater les dégâts et c’est dans cette logique, on n’est pas encore dans la phase de riposte contre le coronavirus. On est dans la phase de la prévention. Un gouverneur bien averti ne devrait qu’annoncer que c’est un réel danger et qu’il faut s’en prévenir .Je suis content de savoir qu’il y a une certaine appropriation populaire de la question et c’est déjà un bon départ.

KNH : Merci Serge Farini, merci d’avoir accepté de recevoir la rédaction de Kivu Nyota Hebdo. Que pouvez-vous dire en termes de message à nos lecteurs ainsi qu’ à toute la population de Goma qui nous lit.

Serge Farini : C’est une joie d’être interviewé par vous. Bon vent à votre organe de presse. Nous serons toujours là pour vous informer en temps réel lorsque vous aurez besoin d’une quelconque information.

Notre hebdomadaire imprimé