Festivité du nouvel an: Dans les camps de déplacés à Masisi, seuls ceux qui ont reçu de l’assistance ont pu fêter

Alors que l’ambiance de la fête du nouvel an se poursuit depuis la Saint Sylvestre dans plusieurs coins et recoins de la RDC, la situation est restée presque au statuquo dans différents sites de déplacés en territoire de Masisi ce lundi 1er janvier 2023, a constaté le reporter de KivuNyota après y avoir effectué une ronde.

Faute de moyens, et d’incertitude plusieurs déplacés ont eu du mal à célébrer la fête de l’an ce lundi.
Asifiwe Nelson secrétaire du site Mater-Dei dit ne pas trouver de différences entre cette date et les autres étant donné qu’il ne voit pas comment peut-on fêter dans des conditions aussi difficiles que traversent les déplacés.

« Il n’est pas possible de fêter quand on passe nuit dans des tentes, quand on manque à manger, ou à se vêtir. Ceux qui essayent de faire la fête ici, ce sont ceux qui ont reçu des dons des personnes de bonne volonté. Mais en général ici,les déplacés n’ont pas d’argent pour organiser la fête comme vous le voyez. Je pense que la seule chose que nous pouvons demander c’est la paix, afin que tout le monde rentre chez lui. C’est cela la plus grande fête pour nous » souligne-t-il.

Dans les sites Kisoko, Kalinga, Bihito, Bihambwe,Bukombo etc, certains déplacés ont pu s’organiser en groupe pour partager le peu qu’ils ont mis ensemble. Et pour agrémenter le moment, d’autres ont pu jouer de la musique à l’intérieur du camps, offrant un petit spectacle aux enfants. Certains on pu effectuer quelques pas de danses à l’occasion.

Senga Twizere, ressortissante de Kitshanga estime que malgré la souffrance qu’ils traversent dans ce Camp, il n’est pas interdit de s’offrir des petits moments de détente pour essayer d’oublier la triste réalité dans laquelle ils sont plongés depuis plus d’une année.
« Malgré les moments difficiles, la fête s’est bien passée sous un rythme timide. La fête du nouvel an est une occasion de rendre grâce à Dieu pour nous avoir gardé en vie durant l’année précédente. Voilà pourquoi ça ne doit pas passé inaperçu peu importe la situation qu’on traverse. Voilà pourquoi nous, on a pu fêter avec le peu qu’on a reçu par-ci par-là  » a-t-elle souligné.

De son côté, la société civile forces vives de la commune rurale de Masisi dit placer un mot de remerciement à tous les bienfaiteurs qui ont pu songer aux déplacés durant cette période des festivités

« Si l’on peut évaluer la manière dont les fêtes se déroulent du côté des déplacés, on peut dire que plusieurs d’entre eux ont trouvé quelque chose venue du côté des familles d’accueil et des bienfaiteurs. C’est ici l’occasion de remercier tous ceux qui ont pensé à ces gens. Grâce à vos gestes, de nombreuses familles ont pu au-moins retrouver le sourire à la fête de Noël et aujourd’hui à la fête du Nouvel an » a dit David Muisha Kasiswa.

Il faut dire que plusieurs parmi ces déplacés de guerre sont à leur deuxième expérience de fêter les festivités de fin d’année dans les camps, après celles de l’année passée. Triste réalité !

Lee Sadiki Kajibwami

Bilan 2023 dans la conservation de la biodiversité : Le Parc National de Virunga se félicite d’avoir « maintenu le cap »

Malgré les innombrables défis auxquels il a été confronté le long de l’année écoulée, le parc national de Virunga a réussi à accomplir son rôle de la conservation de la biodiversité notamment le maintien des effectifs des espèces qui y habitent.
C’est en tout cas ce que s’est félicité Bienvenue Bwende, responsable de communication de cette structure, lors d’une exclusivité avec KivuNyota ce 30 décembre 2023.

À l’en croire, au-delà de cet exploit atteint malgré la situation sécuritaire très critique à l’intérieur et autour de cette aire protégée, les responsables du Parc National de Virunga se sont aussi démarqué dans la réalisation des projets phares de développement.

« Comme vous le savez, notre action s’inscrit sur deux volets notamment la conservation de la nature mais aussi la promotion du développement socio-économique en faveur des communautés riveraines du parc. Et sur ces deux volets, malgré les conditions difficiles, nous avons maintenu le cap, nous avons maintenu la biodiversité du parc. Nous avons aussi mené des projets phares comme par exemple dans la partie de Beni, la construction de près de 40km de clôture électrique qui se sont ajoutés à plusieurs autres Kilomètres réalisées dans le passé. Nous avons réussi à avancer dans le projet de repeuplement des gorilles de plaine de Chabirimo entre Beni et Lubero, la réorganisation de la filière blé dans le territoire de Lubero, pour ne citer que cela… » a souligné Bienvenue Bwende.

Il se plaint toutefois de la situation sécuritaire très critique en province du Nord-Kivu, qui « n’a pas rendu la tâche facile aux agents du Parc National de Virunga »; cette situation qui a encore coûté la vie, déplore-t-il, aux eco-gardes qui se donnent pour la préservation de cette aire protégée.

En 2024, Bienvenue Bwende souhaite que la population et les autorités locales joignent leurs efforts à ceux des responsables du Parc de Virunga pour sa sécurisation et l’amélioration de ses actions aussi bien dans la conservation de la nature que dans les projets de développement socioéconomique qu’il entreprend.

« Le Parc c’est une richesse qui nous appartient tous. Nous ne pouvons pas laisser la charge de sa conservation uniquement à L’ICCN. Que ça soit les communautés riveraines, les autorités locales, la société civile, les médias,…chacun a un rôle à jouer.
En 2025, ce parc atteindra 100 ans de vie. Si il a tenu jusque là c’est parce qu’il y a eu des personnes avant nous qui ont travaillé pour sa préservation. Il serait désolant que ce parc puisse disparaitre avec notre génération. D’où, nous avons l’obligation de maintenir les efforts qui ont été fourni jusque là
 » a-t-il conclu, présentant ses vœux les meilleurs aux lecteurs de KivuNyota.

Emmanuel Barhebwa

Réélection de FATSHI à la tête de la RDC : Pour le notable Blaise Baibonge, du territoire de Masisi, c’est la victoire de toute la population

Le 31 décembre 2023 Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a remporté avec une victoire écrasante les scrutins présidentiels du 20 décembre dernier, selon les résultats publiés par la Centrale Électorale au pays.

En réaction, le notable et analyste politique Blaise Baibonge indique que ces résultats ont été vivement accueillis par la population de Masisi, qui trouve en Félix Tshisekedi, la détermination de terminer définitivement la guerre qui leur fait souffrir depuis des nombreuses années.

Ce notable de la région espère que le réélu s’attellera, comme il l’a promis, à la restauration de l’autorité de l’État dans toutes les provinces du pays et l’amélioration du social des congolais durant son deuxième quinquennat.

Blaise Baibonge présente ainsi ses sincères Félicitations au président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, à qui il rassure le soutien de tous les notables de Masisi.

« Mes très sincères félicitations au président de la République Félix Antoine Tshisekedi pour sa réélection à la tête du pays. Tout notre espoir répose sur ses actions visant le rétablissement de la paix dans cette région durant ce deuxième mandat.Je voudrais féliciter aussi l’ex-président Joseph Kabila sénateur à vie, pour sa sagesse, son charisme et pour avoir uni les congolais autour d’une culture électorale bien rassurée » a-t-il déclaré.

Durant ce second mandat, note le notable Blaise Baibonge, nous aimerons voir tous les déplacés rentrer dans leurs localités respectives en peu de temps, et nous plaçons notre confiance en Felix Tshisekedi qui a démontré une ferme volonté de changer l’histoire de ce pays victime des menaces de nombreux agresseurs depuis de nombreuses années.

Celui-ci dit attendre avec impatience la publication des résultats des autres élections (législatives nationales, provinciales et municipales) à partir desquelles il espère ressortir des élus capables d’accompagner la vision du Chef de l’État.

Il espère également que la situation sécuritaire puisse s’améliorer au plus vite dans le territoire de Masisi, épargné du scrutin du 20 décembre, pour permettre à ses habitants d’accomplir leur devoir civique d’élire leurs représentants.

Lee Sadiki Kajibwami