8 mars 2019 : Adèle Bazizane invite les femmes à participer à la gestion de la chose publique

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Celebration de la journée internationale du la femme à Goma le 8 mars 2019.

La ministre provinciale du genre, famille et enfant a interpellé les femmes et toutes les actrices qui luttent pour la promotion du  droit de la femme à s’autoprendre en charge en vue de prendre part à la gestion de la chose publique. Ce message a été lancé au cours de la cérémonie commémorative de la journée internationale de la femme ce 8 mars 2019 au stade Les Volcans de Birere. La cérémonie a également connue la participation d’autres autorités de la province dont celles du gouverneur à l’intérim, son excellence Feller LUTAICHIRWA.

« Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement positif » c’est le thème autour duquel la journée de la femme a été célébrée à Goma.

Madame Adèle BAZIZANE, ministre provinciale du genre, famille et enfant a donné sa perception de chose à la foule sur ce qui concerne la journée du 08 mars qui « est une date à laquelle la femme doit penser à son avenir et non l’occasion d’aller en dehors de ses occupations quotidiennes ou loin de son foyer car certaines femmes ne comprennent pas bien cette journée en allant se souler et cela donne une mauvaise image à la femme congolaise », a-t-elle regrettée.

Elle souhaite donc que la femme de la RDC et celle de l’Est en particulier soit une femme travailleuse pour l’émergence de la RDC.

Elle a fait appel à toutes les femmes en leurs demandant de ne pas négliger leurs potentiels,  ainsi de viser loin et participer à la gestion de la chose publique.

Le gouverneur de province, présent à la cérémonie a aussi émis le vœu de voir tous les habitants de sa juridiction unir les efforts afin de redonner une bonne image à la femme qui depuis longtemps reste marginalisée malgré les efforts fournis par beaucoup des gens. Il a souligné que la place de la femme n’est pas seulement à la cuisine mais cette dernière doit contribuer au développement de la RDC car elle a des capacités capables de se démarquer sur la scène des affaires au même titre que l’homme.

Des activités culturelles étaient au rendez-vous impliquant surtout la femme, entre autre la poésie, l’acrobatie, le chant avec la particularité d’un groupe reconnu au nom de ‘’Handi-talent’’ composé que de jeunes handicapés.

Par LEBON KASAMIRA et GUELLORD RISASI