RDC: Les États-Unis prolongent de 15 jours la trêve humanitaire recommandée aux parties en conflits

Selon l’administration Biden dans un communiqué rendu public ce mardi 17 juillet, soit deux jours avant l’expiration de la trêve humanitaire censée être en vigueur du 05 au 19 juillet, la prolongation de 15 jours supplémentaires devra être respectée dans cette région pendant qu’elle continue à travailler pour soutenir les efforts diplomatiques.

« ‘Nous appelons tous les acteurs de la région à respecter la trêve. Nous continuerons de travailler en étroite collaboration avec les gouvernements de la RDC, du Rwanda et de l’Angola pour soutenir les efforts diplomatiques régionaux dans le cadre des processus de Luanda et de Nairobi afin de parvenir à une cessation durable des hostilités » peut-on lire dans ce communiqué des États-Unis.

Sur le terrain, la réalité est toute autre. Les affrontements se poursuivent dans plusieurs localités du territoire de Masisi entre les rebelles du M23 et leurs alliés rwandais et les FARDC et Wazalendo. Les autorités congolaises et la Société Civile ont déploré, il y a deux jours, les tueries d’une dizaines des civils par des éclats des bombes larguées par les rebelles du M23 dans des zones habitées par des civils à Bweremana dans la territoire de Masisi.

Dans son dernier Communiqué sur la guerre au Nord-Kivu, L’armée Congolaise a dénoncé « le non respect par le régime de Kigali de la trève et son attitude belliqueuse à vouloir maintenir les populations déplacées dans des conditions atroces en les privant l’accès à l’aide humanitaire ».

Emmanuel Barhebwa

Goma: Arrestation des auteurs présumés des crépitements de balles entendus dans plusieurs quartiers de la ville

Quelques jours après une forte agitation vécue dans la ville touristique suite à l’insécurité, les services de sécurité ont présenté au maire de la ville ce dimanche 14 juillet 2024, des inciviques qui seraient à la base des plusieurs crimes dont les cas d’assassinat enregistrés dans certains quartiers de la commune de Karisimbi et ses environs.

Détenant des armes marque AK-47 et trois chargeurs de des biens volés dont une télévision; ces huit présumés criminels sont accusés d’avoir tué et blessé plusieurs personnes lors des fusillades signalés dans plusieurs quartiers de Goma.

Parmi ces derniers figurent un militaire de l’unité satan deux,un faux muzalendo et un soldat FARDC qui faisait louer ses armes aux criminels qui opéraient nuitamment dans la ville.

L’autorité urbaine annonce que l’arrestation de ces bandits est le résultat de l’opération « safisha muji wa Goma » grâce à laquelle la ville venait de passer environ trois mois de quiétude.

Le commissaire supérieur Kapend Kamand Faustin demande à la population de dénoncer au moment opportun tout cas suspect pour permettre aux éléments de l’ordre de sécuriser entièrement la ville volcanique de Goma.

De son côté,la population se contente des efforts fournis par les services sécuritaires au niveau urbain et les encourage dans leur démarche de traque des bandits qui continuent à semer la terreur dans la ville.

Retenez que la situation sécuritaire demeure préoccupante dans plusieurs Quartiers de la commune de Karisimbi ces derniers temps.
Elle se caractérise par des cas de cambriolage,des tueries et des intimidations multiples.

Lee Sadiki Kajibwami

Affrontements à Masisi : L’explosion d’une bombe fait 4 morts et des blessés graves à Bweremana

Quatre morts et plusieurs personnes blessées, c’est le bilan provisoire d’une nouvelle explosion d’une bombe survenue le matin de ce lundi 15 juillet 2024 à Bweremana dans le territoire de Masisi en province du Nord-Kivu.

Cet incident s’est produit lors des affrontements signalés ce matin sur la colline de Kabase dans la chefferie des Bahunde entre les rebelles du M23-RDF et les forces régulières congolaises.

Au cours de ces hostilités,les rebelles ont largué cette Bombe qui est tombée sur une maison des civils causant ces dégâts collatéraux.

À ce moment, affirme une source dans la zone,une crainte superstitieuse règne dans le chef de la population.

Pour rappel, ce dimanche,les rebelles du M23 ont encore attaqué les positions des jeunes résistants dans le village de Kirumbu en la groupement de Bashali Mokoto toujours à Masisi.

Par ailleurs à Kirumba dans le territoire de lubero,les jeunes résistants ont repoussé une autre attaque des rebelles ce même dimanche, a-t-on appris des sources locales.

Signalons que tout ceci se déroule en pleine période de trêve humanitaire recommandée par les États-Unis d’Amérique pour apporter l’assistance aux millions de déplacés ayant fui les atrocités dans leurs entités.

Lee Sadiki Kajibwami

Goma : un homme tué par des bandits armés à la porte de sa maison ce jeudi matin à Katoy

L’insécurité on n’en parle encore dans la ville de Goma. Un homme a été tué ce jeudi 11 juillet dans la matinée à son domicile sur avenue Bamate dans la commune de Karisimbi près du terrain de scouts.

Des témoignages recueillis sur place font savoir que des hommes armés non autrement identifiés sont venus sur la moto ont tiré à bout portant sur la victime avant de se volatiliser calmement dans la nature.
L’évènement malheureux s’est déroulé aux environs de 8 heures du matin lorsque l’infortuné faisait le tour de sa voiture devant le portail de son enclos.

Kivutimes via KivuNyota

Nord-Kivu : l’Armée dénonce la violation de la trêve humanitaire par le M23/RDF à l’ouest de Kitshanga

Cette dénonciation est contenue dans un communiqué de l’Armée Congolaise rendu public ce jeudi 11 juillet et dont une copie est parvenue à la rédaction de KivuNyota.

D’après le Lieutenant-colonel Ndjike Kaiko Guillaume, « les terroristes du Rwanda Défense Force, ont lancé des attaques simultanées vers 04h 52′ du mercredi 10 juillet 2024 sur les positions des Forces Armées de la RDC et ses partenaires se trouvant aux villages NYANGE et MPATI situé à 80Km en profondeur à l’ouest de Kitshanga, Groupement Bashali Mokoto et ce, en violation de la trêve humanitaire recommandée par les USA ».

Le même Communiqué indique que ces attaques ont occasionné un déplacement massif des populations, aggravant la situation humanitaire déjà chaotique dans la zone.
Ceci a aussi causé « une entrave au personnel humanitaire pour accéder aux populations vulnérables de cette partie de la province du Nord-Kivu », déplore le porte-parole du Gouverneur-Militaire au Nord-Kivu.

Les FARDC dénoncent ainsi avec énergie « le non respect par le régime de Kigali de la trève et son attitude belliqueuse à vouloir maintenir les populations déplacées dans des conditions atroces en les privant l’accès à l’aide humanitaire ».

Emmanuel Barhebwa

Goma: Une dame parmi les présumés bandits à main armée présentés au maire ce samedi

Les services de sécurité ont à nouveau présenté cinq présumés criminels ce samedi 06 juillet 2024 au maire de la ville de Goma, arrêtés cette semaine dans le cadre des opérations « Safisha Muji wa Goma ».

Dans ce nouveau groupe figure, selon la présentation faite par le sous-lieutenant Sadiki Banyangi Olivier, un déserteur du groupe armé APCLS qui aurait reçu mandat d’assassiner un habitant du quartier Ndosho pour un montant de 800 000Fc, dans lequel il aurait déjà bouffé 300 000Fc.

Dans le groupe, on trouve aussi une femme répondant au nom de Eveline Mwavita, accusée d’avoir hébergé des bandits dans sa maison sur avenue Bukama au quartier Kyeshero. Ces derniers se seraient rendus au domicile de cette dame après avoir braqué Monsieur Jean-Pierre dans le même quartier et emporté sa mallette contenant 2200$ USD. Après perquisission dans la maison de Madame Eveline, les services de sécurité indiquent avoir trouvé une arme à feu et autres effets militaires ainsi que des gris gris.

Les trois autres membres de ce groupe sont des présumés bandits attrapés le matin de ce 06 juillet au quartier Himbi où ils venaient d’opérer durant la nuit. Les services de sécurité les ont sauvé des mains de la population qui voudrait se rendre justice en les lynchant, a souligné l’officier militaire qui les a présentés.

Satisfait du travail abattu par ses hommes, le maire de la ville appelle les services judiciaires auprès de qui tous ces présumés bandits sont déférés à mieux jouer leur rôle pour décourager la criminalité dans la ville.
Il assure tout de même que les services de sécurité restent déterminés à traquer jusqu’au dernier bandit pour que la population vaque librement et tranquillement dans ses occupations quotidiennes.

Emmanuel Barhebwa