Kivu Nyota Presse

0 5 minutes 6 mois

C’est dans le cadre du projet TUFAULU PAMOJA (Réussir ensemble), qu’elle execute depuis deux ans, que la Maison de jeunes/Goma a organisé cette rencontre à l’intention de ces femmes venues des differentes associations de la place, l’après-midi de ce mercredi 30 mars 2022.

Objectif, à en croire Nelson MANTAMA le coordonateur provincial de ce projet, « susciter les femmes à ne pas hésiter de s’engager dans les instances de prise de décision lors des prochaines élections et les conscientiser sur la grande responsabilité qu’elles ont à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique ».

Trois intervenantes ont pris parole dans cette conférence.
La première, Rolande MIYA NENE, coordinatrice de l’association IJP(Initiative des Jeunes pour le progrès), a focalisé son speech sur l’autonomisation de la femme.
Pour elle, « il est important que les femmes militent pour leur autonomisation afin de favoriser une meilleure harmonie au sein de la famille et au sein de la société ».
Celle-ci encourage également les femmes à braver la peur de se lancer dans la conquête du pouvoir et à ne pas se sous-estimer.
Elle ne manque pas toutefois de remercier la Maison des jeunes/Goma et ses animateurs pour le partenariat avec son association.

Pour sa part Naomie LAGRISI, coordinatrice de l’organisation IDE(Initiative pour le Développement Endogène), a insisté dans son exposé, sur le leadership féminin et la protection de l’environnement.

Ayant constaté que certaines femmes sont venus à la séance avec leurs bébés, elle s’est servi de ce petit exemple pour dire à ces dernières que « la maternité ne doit pas être un blocage pour elles de s’engager à des postes de prises de décisions ».
Tout est question du leadership, soutient-elle indiquant que des expériences ont déjà demontré qu’il est possible d’assumer ses responsabilités de mère et de participer en même temps à la gestion de la chose publique.

Pour ce qui est de l’environnement, Naomie insiste sur la plantation des arbres et l’assainissement de milieu.
« Cette question doit vraiment être prise au serieux, mes chères mamans, vu que les conséquences de ce réchauffement climatique dont on nous parle, sont déjà perceptibles ici chez nous avec des chaleurs intenses, des perturbations des saisons, etc. Il est temps que nous prenions nos responsabilités pour sauver le monde » martèle-t-elle.

De gauche à droite: Rolande, Jaël et Naomie, les trois intervenantes du jour

De son côté Jaël Zawadi, présidente des Etudiants du Nord-Kivu, dernière intervenante, a partagé aux femmes son expérience personnelle l’ayant amener à occuper cette fonction de représentante provinciale des étudiants.

La seule chose qui nous manque nous les femmes, s’indigne-t-elle, c’est la confiance en soi.
« J’hésitais aussi de poser ma candidature lorsqu’il fallait élire la présidente des étudiants. Mais un moment j’ai décidé de me lancer et curieusement j’ai réussi à convaincre mes électeurs.78% de ceux qui m’ont élu étaient des hommes. Ils ont cru en mes compétences et m’ont élu à ce poste. »
Et de poursuivre: « Et depuis que j’occupe cette fonction, je vous assure que ça n’a jamais été facile. Nous nous retrouvons souvent dans des assises avec différentes autorités, et je me retrouve unique femme représentante des étudiants de toutes les 26 provinces de la RDC. Ce qui me motive à me battre et à encourager d’autres femmes pour que la tendance change… »

Jaël appelle ainsi toutes les femmes à se soutenir mutuellement à chaque échéance électorale afin que leurs voix et leurs difficultés soient portées aux instances de prise de décision.

Image:Distribution des plantules à la fin de la conférence

Il faut noter qu’à l’issue de cette conférence, chacune des participantes a reçu une plantule d’arbre à planter dans sa parcelle dans le cadre de la protection de l’environnement et la lutte contre le rechauffement climatique.

Emmanuel BARHEBWA

Laisser un commentaire