Éruption du Nyiragongo : près de 400 ménages quittent les camps et se cantonnent à Goma

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

C’est le premier site des sinistrés dans la ville de Goma qui s’amasse. La quasi-totalité de ces familles ont passé leur première nuit du 02 au 03 juin 2021 groupées à la belle étoile dans des salles de classe au complexe Scolaire Molière/MUSAYI, une école située au quartier KASIKA en commune de KARISIMBI.

La nuit leur été possible grâce à un soutien des voisins qui leur ont apporté eau et nourriture.

Ils disent fuir à la fois les conditions précaires loin de chez eux à MUBAMBIRO, SAKE et MINOVA.

“Nous avons tout d’abord rencontré cinq familles qui restaient sur la rue à Goma. Ils nous ont confié fuir une insécurité alimentaire dans les camps et des incursions, en dépit d’ukenaide humanitaire disponible sur place” nous a dit un jeune leader qui a mené un plaidoyer pour que ces familles trouvent un toit dans un premier temps.

Nombreux sont des sinistrés qui ont vu leurs parcelles ravagées par la coulée de lave du samedi 22 mai 2021

“Nous sommes rentrés à Goma pour attendre la redistribution de nos parcelles par dessus la lave. Nous ne voulons pas que le processus ait lieu au notre absence” confie une femme qui vient de passer une nuit sur place.

Un autre groupe a quitté KIBATI pour se joindre à ceux venus de l’ouest de la ville.

Dans cette école où une assistance s’impose, les conditions ne sont pas réunies : femmes enfants dorment à même le sol ou sur des bancs rangés, prochainement peut-être ventre creux.

Flavien MUHIMA