Goma: Ces enfants sinistrés qui meurent silencieusement de faim 7mois après erruption

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Les sinistrés du volcan Nyiragongo cantonnés dans le camps de fortune de Kisoko Katoyi en ville de Goma, sont toujours sans assistance, plus de 6 mois maintenant, qu’ils y sont cantonnés.

Quoique la souffrance y soit générale, la situation des enfants a particulièrement attiré l’attention de Kivu Nyota cette semaine au regard de la souffrance profonde dans laquelle, ses reporters ont trouvé ces derniers.

Entre faim et non scolarité, entre mauvaise santé et la surveillance compliquée, la situation desdits enfants demeure en dehors du confort.

_“Ici nous passons nuit à la belle étoile avec nos enfants, malheureusement exposés à tout danger…”_ a expliqué Jeanette, une mère trouvée sur le lieu.

_“J’ai 7 enfants. Je sais les garder péniblement, seulement par la grâce de Dieu…_ a ajouté Madeleine.

Pour gérer ces nourrissons surtout en terme de provision alimentaire, plusieurs familles ont décidé de rassembler les enfants à chaque fois que l’une ou l’autre a trouvé de quoi mettre sous la dent…(culture africaine l’oblige)

_“Tous ces enfants que vous voyez autour du repas, ne sont pas de la même famille. Nous les réunissons autour des repas minimes soient-ils, toutes les fois que l’un ou l’autre d’entre nous trouve un petit sou à partager aux autres enfants…_ explique Odette Musayi, casserole de sauce à la main, en plein partage de la nourriture aux enfants, regroupés devant sa case.

Mais la quantité leur distribuée est parfois insuffisante…

_“Chers enfants, c’est tout ce que j’ai à vous donner. Prennez-en s’il vous plaît, soins; pour que chacun de vous en tire sa part…”_ conseille t-elle les enfants.

Mais déjà, sous ses yeux-même, c’est l’un des enfants qui ravit une motte à son compair, et les pleurs s’en suivent…

_“Oh, mon Dieu, qu’est-ce qui vous arrive ?_ S’exclame Odette.

Cela fait souvent, que des combats s’improvisionnent entre enfants autour du repas, surtout en cas de gloutonnerie de certains d’entre-eux…

_”Remets-moi ma part s’il te plaît,… Remets-moi ce qui m’appartient…_pleure ensuite un enfant à qui son voisin de gauche vient de ravir sa demi tartine…

_“Remets-lui sa part s’il te plaît, pourquoi çà ?”_… réplique la grande sœur du gamin lésé, avant de l’exhorter à venir à ses côtés pour assurer sa sécurité :  _“Nicolas, viens à mes côtés !_ appelle t-il.

Ils sont plus de deux cents, ces enfants en situation difficile vivant dans ce Camp de fortune, rapporte Meso MUSAVULI, l’un des membres du comité de ces sinistrés.
Leurs conditions de vie laissent toujours à désirer…

]

“N’importe quand vous pouvez apprendre une nouvelle de décès d’un des habitants de ce Camp, surtout ces enfants. Parce qu’ils n’ont rien. Que ce soit en terme des médicaments ou des vivres. Si une pareille situation arrive, ne vous en doutez et ne soyez même pas surpris…” met en garde MUSAVULI.

Ils ont besoin des vivres, des soins médicaux, ou encore d’être inscrits à l’école du moins pour ceux qui ont atteint l’âge scolaire, plaide-t-il.

John TSONGO THAVUGHA Goma-RDC