Goma: l’étudiant Yannick Bauma écrit “une confidence” au président F.Tshisekedi, lui rappelant ses promesses aux congolais

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Cet étudiant en droit à l’université de Goma, revenant sur le discours du chef de l’État congolais lors de sa prestation de serment devant les juges de la cours constitutionnelle et celui sur l’État de la nation devant l’assemblée nationale et le senat, rappelle à Felix Tshisekedi ses promesses et ses belles observations sur les richesses et potentialités du Congo, avant de lui faire quelques propositions sous forme interrogative.

Parlant des observations du président Felix Tshisekedi sur les richesses du Congo, Yannick BAUMA BALIKUCHA rappelle, se servant des mots du chef de l’État, que “Le texte précisait :
 chaque hectare que représente notre grand pays,
 combien on pourrait produire de l’électricité à toute l’Afrique,
 combien avec notre forêt Equatorial, la lutte contre le réchauffement climatique aurait une
solution à long terme.
 etc.”

Celui-ci interroge ensuite le président Felix Tshisekedi, à la fin de son texte, sur la possibilité de réduire le salaire des fonctionnaires et renforcer la prime des enseignants, militaires et médecins; la possibilité de combattre la corruption et assurer l’indépendance de la justice, d’évaluer le rapport mapping et rendre justice, ou encore celle de créer l’emploie pour réduire le taux de chômage….

Kivu Nyota vous propose l’intégralité du texte de ce jeune étudiant à la fin de cet article.

Il sied de noter que l’étudiant Yannick BAUMA BALIKUCHA est née à Goma le 2 septembre 1999. Il a obtenu son diplôme d’État en 2018 à l’institut mwanga.
Poursuivant ses études en droits à l’université de Goma
Monsieur Bauma est co- fondateur de l’association voix des jeunes pour la paix.
Il est aussi membre de plusieurs organisations de la place dont le festival amani où il gère le protocole des ambassadeurs et autorité nationale.

Emmanuel BARHEBWA

Ici l’intégralité du texte de Yannick Bauma:

Monsieur Yannick BAUMA BALIKUCHA
Etudiant en droit à l’Université de Goma
Ville de Goma, Province du Nord-Kivu
A son Excellence, Monsieur le Président de la
République Démocratique du Congo
Objet : Une confidence à Monsieur le Président
Monsieur ou Excellence,
Tout ce qui va avec, vous êtes humain comme moi et suis sûr que votre cœur est aussi sensible parce
que sur ce point je n’ai pas perdu espoir, et en parlant d’espoir, oui j’ai cru en vous le jour de votre
prestation de serment devant les juges de la cour constitutionnelle ainsi que le jour où vous vous
êtes exprimé à nous tes compatriotes sur l’état de la Nation devant l’Assemblée Nationale et le
Senat, réunies en Congrès.
Le texte précisait :
 chaque hectare que représente notre grand pays,
 combien on pourrait produire de l’électricité à toute l’Afrique,
 combien avec notre forêt Equatorial, la lutte contre le réchauffement climatique aurait une
solution à long terme.
 etc.
L’éducation de base ouverte à tout le monde étant ta première réalisation, le programme 100 jours
regorgeait plusieurs autres projets dont les camps militaires et le pont construit à Kinshasa, la route
entrée présidentielle réhabilitée à Goma, la réduction du prix d’un passeport biométrique, et que
sais-je encore.
Monsieur le Président, Laisse-moi te faire une confidence ; ‘’Votre passage à Goma avait redonnée
espoir à toute la partie Est du pays’’. Puisqu’il s’agit d’une confidence, Monsieur, je vous éloigne les
reproches de vos proches qui perdent leurs proches, tout proche de ma ville natale où vous viendrez
prochainement.
Mais Monsieur,
 Y a-il une possibilité de réduire le salaire des fonctionnaires et renforcer la prime des
enseignants, militaires et médecins ?
 Est-il possible de combattre la corruption et assurer l’indépendance de la justice ?
 Est-il possible d’évaluer le rapport mapping et rendre justice ?
 Est-il possible de créer l’emploie pour réduire le taux de chômage ?
Monsieur, je fini avec une question, l’ancien système a été mis à l’écart, c’est le cas aussi pour leur
crime ?
Fait à Goma, Jeudi, le 01 avril 2021 à 00h00
Yannick BAUMA BALIKUCHA