Innoss B : Pourquoi pas une « fondation Innocent Balume » pour pérenniser son image à Goma ?

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

(Photo Diamant Noir) L’action sociale que l’interprète de la célèbre  ‘’Yope’’ a réalisée dans son quartier natal ce dimanche 16 février 2020 a suscité sympathie et admiration auprès de son public qui l’a vu naitre, grandir et élevé au rang international qui est sien, aujourd’hui l’un des artistes les plus sollicités en Afrique.

Après un brillant concert qu’il a réalisé le samedi 15/02/2020 au Festival Amani, Innoss’B  a entrepris dimanche des tournées caritatives dans le quartier Kahembe, dans quelques centres de santé où il a payé des factures d’hôpital à quelques malades avant de visiter l’école Saint Joseph puis l’orphelinat Jéricho où environ soixante enfants « issus de viols » qui y sont encadrés ont bénéficié de son aide.

Le rôle de l’artiste, vitrine et miroir de sa société se limite-t-elle seulement sur sa scène ? Beaucoup de musiciens ont vu leur image accroitre auprès de leur public et leur partenaire et sponsor après avoir créé  des activités caritatives telles des fondations, initiatives privées d’artiste lui étant dédié à la charge de préserver, défendre et entretenir dans le temps l’œuvre et l’image de celui-ci.

L’artiste, surtout quand il est devenu célèbre est toute une institution qui doit faire preuve de grande communication autour de lui et mieux tailler ses relations publiques.

Ce geste effectué ce dimanche 16 février 2020 par Innoss’B qui n’a pas manqué à surprendre n’a pas aussi hésité à redorer son image. L’artiste s’est vu flagellé par les remerciements des bénéficiaires. Cette action sera-t-elle la dernière pour une cible si réduite ?

Comme Fally Ipupa, Michael Jackson, Elisabeth Shields, Lagardère et tant d’autres célébrités, peut-être que le temps est venu au ‘’jeune leader’’ de penser à pérenniser cette action caritative à travers la création d’une fondation qui, surement, pourrait porter son nom.

Patrick BASSHAM