Journées ville morte à Goma pour réclamer la paix à Beni et le depart de la Monusco : La LUCHA contre les manifestations observées(E.Ngalukiye)

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Pour Espoir Ngalukiye, militant de la LUCHA, se confiant à Kivu Nyota ce vendredi 09 avril 2021 pour dresser un bilan de ces deux journées ville-morte décretées en ville de Goma par les mouvements citoyens et les étudiants, la LUCHA n’a pas organisé de manifestations mais plutôt des journées ville morte, qui exhortent la population de rester à la maison.

“Ce n’était pas des manifestations pour une journée ville-morte. Une journée ville-morte cela veut dire nous appelons à ceux-là qui veulent demander la paix et le depart de la MONUSCO de rester à la maison et ceux-là qui sont restés à la maison, bravo et félicitation à eux…” explique-t-il.

Evaluant la réussite de ces journées, Espoir NGALUKIYE dit remercier et feliciter la population de Goma qui, selon lui, a répondu positivement à leur appel, citant les universités, les écoles primaires et secondaires, les commerçants de marché de Virunga, de Majengo et de Birere qui n’ont pas ouvert les activités à ce jour.

C’est votre façon, leur dit-il, d’exprimer votre ras-le-bol pour demander la paix et la sécurité dans notre pays.

Et de poursuivre: “Nous n’allons pas nous arreter par là. La MONUSCO n’est pas encore partie mais elle doit partir et elle va finir par partir. La paix à Beni on doit en avoir parce qu’il y a pas de Congo sans Beni,…Nous allons continuer à organiser des manifestations jusqu’à ce que nous allons obtenir des résultats à nos réclamations”

Pour rappel, les mouvements citoyens et les organisations d’étudiants ont décrété deux journées ville-morte ce jeudi 08 et vendredi 09 avril 2021 pour réclamer la paix à Beni et le départ de la MONUSCO.
Néanmoins des manifestations publiques ont été visibles dans plusieurs artères de la ville de Goma, marquées par les baricades des routes et des affrontements entre manifestants et agents de l’ordre. Plusieurs coups de feux liés à ces manifestations ont été entendues en plein jour en ville de Goma ces deux jours et plusieurs arrestations signalées.

Emmanuel BARHEBWA