La responsabilité du journaliste face aux discours de haine, au cœur d’une journée de travail a Goma

Email
WhatsApp
Facebook
Twitter
LinkedIn

C’est dans l’objectif d’échanger avec les chevaliers de la plume sur les discours xénophobes que s’est tenue ce Jeudi 29 juin à Goma une séance de travail centré sur du rôle des journalistes pour faire face aux discours de haine et xénophobes dans la communauté.

Organisée par le Foyer de Créativité de la Société Civile Nord-Kivu (FCSC/N-K), ce cadre vise à conduire les professionnels du micro à prendre conscience des rôles qu’ils jouent dans la communauté mais également de la qualité des messages à véhiculer pour la cohabitation pacifique au sein de cette dernière.

En échange avec la rédaction de KivuNyota, MICHAEL MUNYAPENTA Justin, Responsable et membre du programme Bonne puissance du FCSC Grands Lacs, a fait savoir que ce cadre souhaite sensibiliser les professionnels du micro sur les dangers des discours xénophobes, qui constituent un grand frein au développement des Nations.

 » Nous attendons de journalistes un comportement responsable et une communication responsable puisque la bonne puissance c’est aussi l’adoption d’un comportement responsable lors de la diffusion des informations. Il faudra que les journalistes soient transformés intérieurement pour diffuser de manière responsable. Voilà pourquoi nous avons centrer notre attention aux chevaliers de la plume puisque s’ils manipulent tres mal l’information, ils peuvent être comptés parmi ceux-là qui allument le feu dans la communauté » a-t-il fait savoir.

Occasion pour celui-ci d’inviter différentes organisations à adopter cette nouvelle approche qui consiste à bien gérer et comprendre ses émotions, mais aussi qui vise à réduire les récurrences des violence au sein de la communauté dans la région du Grands Lacs.

De son côté, le pyschologue Amos Biragi, expert local chez Action Initiative pour le Développement et la Promotion de la Femme et de l’Enfant, a affirmé que les journalistes ont un grand travail à faire au niveau de la communauté commençant par la communication qui est la pierre angulaire. Ainsi donc, insiste-t-il, ceux-ci doivent œuvrer pour la cohésion sociale et la Cohabitation Pacifique.

Richard Kubuya

Lire aussi