Le pape François sur la JM des malades 2021: ” Une société est d’autant plus humaine qu’elle prend soin de ses membres fragiles et souffrants”

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

L’humanité célèbre ce jeudi 11 février 2021 la 29 ème journée mondiale des malades; une journée instituée par le pape Jean-Paul II depuis les années 1992, pour soutenir les malades et être attentifs à leurs besoins.
Kivu Nyota revient, à cet effet, sur le message du pape François publié en marge de cette 29ème journée mondiale des malades, célébrée sous le thème: “Vous n’avez qu’un seul maître et vous êtes tous frères (Mt 23, 8). La relation de confiance à la base du soin des malades”.

Dans son adresse, le Saint Père dirige une pensée particulière
“vers tous ceux qui, dans le monde entier, souffrent des effets de la pandémie du coronavirus”.
Je tiens à exprimer à tous, leur dit-il, spécialement aux plus pauvres et aux exclus, que je suis spirituellement proche d’eux et les assurer de la sollicitude et de l’affection de l’Église.

Et de poursuivre, expliquant le sens de la maladie: ” L’expérience de la maladie nous fait sentir notre vulnérabilité et, en même temps, le besoin inné de l’autre. Notre condition de créature devient encore plus claire et nous faisons l’expérience, d’une manière évidente, de notre dépendance de Dieu.”

En ce qui concerne la situation de la pandémie actuelle et les insuffisances des systèmes de santé qu’elle a démontré, le souverain pontife rappelle “qu’Investir des ressources dans les soins et dans l’assistance des personnes malades est une priorité liée au principe selon lequel la santé est un bien commun primordial.”

Celui-ci ne manque pas de rendre hommage à toutes ces personnes engagées dans le soutient des malades et des personnes souffrantes durant cette crise sanitaire.
“la pandémie a également mis en relief le dévouement et la générosité d’agents sanitaires, de volontaires, de travailleurs et de travailleuses, de prêtres, de religieux et de religieuses qui, avec professionnalisme, abnégation, sens de la responsabilités et amour du prochain, ont aidé, soigné, réconforté et servi beaucoup de malades et leurs familles.”
Une foule silencieuse d’hommes et de femmes, d’après François, qui ont choisi de regarder ces visages, en prenant en charge les blessures des patients qu’ils sentaient proches en vertu de leur appartenance commune à la famille humaine.

Le pape insiste par ailleurs sur la solidarité fraternelle, avec les malades et les personnes en souffrance.
“Je désire rappeler l’importance de la solidarité fraternelle qui s’exprime concrètement dans le service et peut prendre des formes très diverses, toutes orientées à soutenir le prochain“, souligne-t-il avant de rencherir:
“Dans cet effort, chacun est capable de « laisser de côté ses aspirations, ses envies, ses désirs de toute puissance en voyant concrètement les plus fragiles…”

Chers frères et sœurs, indiquent les dernières lignes du message du pape François, “le commandement de l’amour que Jésus a laissé à ses disciples se réalise aussi concrètement dans la relation avec les malades. Une société est d’autant plus humaine qu’elle prend soin de ses membres fragiles et souffrants et qu’elle sait le faire avec une efficacité animée d’un amour fraternel. Tendons vers cet objectif et faisons en sorte que personne ne reste seul, que personne ne se sente exclu ni abandonné”.

Lire l’intégralité du message sur: http://www.vatican.va/content/francesco/fr/messages/sick/documents/papa-francesco_20201220_giornata-malato.html

Emmanuel BARHEBWA