Le salongo contribuera-t-il a baissé le taux d’insalubrité dans la ville de Goma ?

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Pour résoudre le taux élévé d’insalubrité dans la ville de Goma, chaque habitant est tenu de nettoyer devant sa parcelle ou son lieu de travail. Meme si la ville de Goma a intégrer le Salongo tous les samedis, il existe tout de même certains coins de la ville de Goma non assainies.  

Ce travail communautaire appelé Salongo, (terme lingala qui veut dire « travail ») se fait tous les samedis entre 8h à 10h. Pendant ce temps, Papeteries, magasins, boulangeries, boucheries sont fermés sauf les écoles ou les pharmacies et hopitaux. Malheureusement, ce salongo ne change pas grand-chose : la ville est toujours sale dans plusieurs endroits. D’aucuns se demandent si le Salongo contribuera réellement à diminuer la saleté éparse dans la ville de Goma.

Murula, revendeur  d’unité de communication pense que c’est une activité de spoliation initié par l’Etat pour escroquer de l’argent à la population. « Imaginez-vous, ils nous imposent à travailler chez nous ce qu’on fait mais les espaces publics dont ils devraient s’occuper restent sales. Ils veulent seulement profiter quand on ne l’a pas fait pour qu’ils nous fassent payer des amendes .

Pour Charles, un enseignant d’une école de la place, instaurer le salongo est meilleur mais il faut que l’Etat prenne aussi ses responsabilités.

Le salongo a été instauré en RDC au début des années 70 par Mobutu.  C’était lors de la vague de la zaïrianisation. Il a changé de jour entre vendredi dans certaines villes et samedi dans d’autres.

Patrick BASSHAM BASHONGA