Kivu Nyota Presse

0 2 minutes 7 mois

Les sinistrés du volcan Nyiragongo cantonnés au camp de KANYARUCHINYA alertent sur le risque de rupture d’eau potable dans ce lieu.

Ils l’ont exprimé à Kivu Nyota, lors de sa descente en ce lieu, à l’occasion du 7 ème mois d’anniversaire depuis que Nyiragongo entrait en éruption.

« Actuellement nous trouvons difficilement de l’eau. Imagines, il est 15 heures et c’est maintenant que le camion citerne arrive. Depuis le matin, nous n’avions aucune goûte d’eau. Certes, tout au début de notre installation dans ce camps, nous avions vraiment accès à l’eau. Mais ce dernier temps, c’est devenu compliqué »… nous a dit Ahadi Yvone, une sinistrée.

Plusieurs partenaires fournisseurs d’eau à ces sinistrés pourront arrêter de les approvisionner d’ici mi ou fin janvier, s’inquiète Arusi TEKA, mère de 4 enfants, après avoir appris ces nouvelles de la part des membres desdites organisations.

 » Actuellement nous accédons difficilement à l’eau car la plupart des organisations qui nous approvisionnaient en eau ont déjà arrêter. Nous avons malheureusement appris que même les bonnes volontés qui persistent encore, vont bientôt arrêter au cours de ce mois de janvier. Et là nous ne savons pour quel Dieu nous nous vouerons…! » Craint Arusi TEKA.

Voulant savoir ce qu’envisagent les gestionnaires de ce Camp au sujet de cet approvisionnement en eau, ils n’ont pas voulu nous recevoir.

Entre le lac Kivu d’où provient l’eau et le village KANYARUCHINYA où se situe le camp de ces sinistrés du volcan Nyiragongo entré en éruption en mai 2021, l’on compte environ 10 à 12 kilomètres.

Comment ces citoyens accederaient-ils à l’eau si rupture d’approvisionnement en eau il y aurait ? Il y a de quoi s’inquiéter.

John TSONGO THAVUGHA Goma-RDC

Laisser un commentaire