Projet YAPP : Après cinq jours de formation, les jeunes de Ndosho et Mugunga en mesure d’entreprendre grâce à Africa Reconciled sous l’appui de NPCYP.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

L’organisation Africa Reconciled a clôturé  ce mardi 9 juin 2020 une formation sur l’entrepreneuriat en faveur des jeunes désœuvrés des quartiers  NDOSHO et de MUGUNGA dans la ville de Goma. Ces jeunes,  satisfaits de la formation, seront également accompagnés techniquement et financièrement pour réaliser leurs activités génératrices de revenus (AGR) grâce au soutien de NPCYP (National Partnership of Children and Youth in Peacebuilding).

Les jeunes des quartiers Ndosho et Mugunga sont maintenant en mesure de créer  leurs propres AGR et d’assurer une bonne gestion de leurs affaires. C’est le résultat d’une formation organisée par Africa Reconciled sous l’appui de NPCYP. Pendant cinq jours, les participants, jeunes désœuvrés de Ndosho et Mugunga dans la ville de Goma ont été outillés sur différents modules entre autres la non-violence active, la detraumatisation et l’entrepreneuriat, moyens de sortie et de résilience pour les différentes crises dont ils ont été victimes. Africa Reconciled en est satisfaite et estime que grâce à cette activité d’entrepreneuriat, ces jeunes, pour la plupart chômeurs et oisifs, sont maintenant capables de créer une affaire, même à partir d’une simple idée. « Nous sommes satisfaits de manière globale. Nous avons commencé avec des jeunes venus de leurs quartiers sans connaissances de base, sans connaitre l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, ces jeunes témoignent qu’ils ont eu beaucoup de connaissances dans le cadre de cette formation » se réjouit Florentin Byenda, chargé de projet et formateur en entrepreneuriat. « A la fin de cette formation, les jeunes sont en mesure de s’exprimer sur les connaissances de base en entrepreneuriat. Au départ, nous leur avons soumis  à un préteste,  un questionnaire qui portait sur  les notions de base de l’entrepreneuriat ; les jeunes se sont exprimés, ils ont obtenu une moyenne de 36% des connaissances et aujourd’hui nous sommes en train de terminer. Nous avons fait un post-teste ils ont obtenu une note moyenne de 70% après formation »

Merci Ngabo est une jeune courageuse et dynamique habitant le quartier Ndosho. Depuis quelques mois, parce qu’elle ne peut retourner à l’université ni trouver un emploi efficace, elle a créé une activité génératrice de revenu  comme revendeuse de friperie. Son activité a toujours chuté par manque d’expérience ou des connaissances adéquates en matière d’entrepreneuriat. Merci est rassurée qu’elle est maintenant devenue entrepreneure. « La formation nous a aidés à être autonomes et diminuer le chômage » exulte-t-elle. Satisfaite et bien outillée après la formation, Merci demande à d’autres jeunes de faire comme elle, de créer de petites activités qui devront aider les autres à trouver de l’emploi. « Nous les jeunes, nous envions toujours à trouver du travail de bureau et nous n’en trouvons pas alors que nous pouvons entreprendre » souligne-t-elle en remerciant NPCYP d’avoir soutenu cette formation grâce à Africa Reconciled.

André KALIRI, un autre participant, jeune de MUGUNGA, se plaint un peu  de ne s’être pas lancé avant dans l’entrepreneuriat. Pour lui, la formation leur a grandement ouvert l’esprit. « Nous pensions que pour entreprendre, il fallait attendre un grand financement mais nous avons retenu que même avec une idée, on peut se prendre en charge » Aujourd’hui, après cette formation, André se sent en mesure de travailler, et son projet sera « la fabrication de savon » confie-t-il, pour répondre à ses besoins et ceux de sa famille.

Bien que formé et prêt à travailler, André attend avec soif  l’aboutissement de son projet, qui était déjà fragile, selon lui, s’il ne trouvait pas d’appui financier. « J’ai besoin de moyen parce que je suis déjà outillé en connaissances » déclare-t-il.

C’est en effet l’un des problèmes auxquels NPCYP tente de répondre avec YAPP(Youth action for peace ou Action des jeunes pour la paix) projet à travers lequel Africa Reconciled s’approche des jeunes désœuvrés de Ndosho et Mugunga qui jadis éraient dans la rue avec risque  de nuire à la paix. Cette formation qui vient de s’achever en constitue un meilleur atout. Africa Reconciled compte les appuyer avec l’aide reçue auprès de NPCYP avec de petites subventions qui leur permettront de se lancer. « Les jeunes se sont regroupés en quatre groupes et ont produit des premiers draft de leurs plans d’affaire (business plan). Nous espérons que d’ici une semaine nous repasserons dans leurs plans d’actions,  question de voir si nous pouvons leur donner des orientations avant de voir si nous pouvons les présenter  à notre partenaire avec  les résultats de cette formation »déclare Florentin d’Africa Reconciled. « Après, lorsque nous aurons validé leurs plans, nous allons donner à ces groupes de petites subventions pour la mise en œuvre de ces plans d’affaire, puis les jeunes vont se retrouver dans la vie active en train de travailler »

Africa Reconciled est determiné à poursuivre le suivi des activités relatives à ces plans d’affaires auprès de chaque groupe qui aura reçu notre micro subvention.

Commencée le jeudi 4 juin 2020, cette formation organisée par Africa Reconciled et soutenue par NPCYP, dans le cadre du projet YAPP s’inscrit dans le cadre d’une réinsertion socio-économique des jeunes désœuvrés  présumés auteurs des troubles et de nuisance à la paix dans les quartiers Mugunga et Ndosho.

Organisée en pleine période de crise due à la pandémie du corona virus, dans les stricts respects des mesures barrières, la formation a aussi été une occasion de sensibiliser tous les participants sur la lutte contre la propagation de la COVID-19.  Ils ont bénéficié des masques de protection et d’autres moyens nécessaires pour prévenir la propagation de cette pandémie.

Notre hebdomadaire imprimé