RDC-Rentrée scolaire 2020-2021: Après sept mois sans cours,tout le monde n’est pas prêt pour commencer

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

C’est officiel,les élèves de toutes les écoles de la RDC reprennent finalement les cours lundi 12 octobre 2020. C’est également la date qui marque la rentrée scolaire pour la nouvelle année 2020-2021. Environs sept mois après; alors que certains parents semblent moins prêts pour envoyer leurs enfants à l’école, les élèves sont plus que détérminés pour démarrer les activités, pendant que les enseignants posent encore un certain nombre de doutes. C’est le constat fait par votre rédaction à la veille de cette rentrée scolaire.

Comparativement aux années précédentes l’ambiance qui règne aux jours précédents la rentrée scolaire n’est pas très visible cette année. L’engouement qui s’observe dans les marchés des fournitures scolaires( uniformes,cartables, cahiers, et autres objets classiques) est faible par rapport aux années antérieures, a-t-on constaté.

Joyce Musafiri, une vendeuse des objets classiques rencontrée dans une papéterie du centre ville de Goma nous relate ce qui suit: “Nous sommes samedi aujourd’hui, à la veille de la rentrée scolaire mais le stock est encore grand. Lors des années antérieures, à un jour comme celui-ci, les clients étaient plus nombreux et le stock se serait déjà épuisé…Cette année,les clients sont moins nombreux et la vente évolue à pas de tortue.” renseigne-t-elle.

L’observation de Joyce se confirme par les propos de certains parents rencontrés dont les plaintes sont liées surtout du côté financier.
“J’ai appris que la rentrée scolaire c’est pour ce lundi. Mais faute de moyens, je vais chercher tout simplement quelques cahiers et des stylos pour permettre à mes enfants d’aller suivre les cours. Quant aux cartables, uniformes et autres objets classiques, ils pourront utiliser ceux de l’année passée dans un premier temps.Je n’ai pas le choix de toutes les façons.Vous savez vous-même la situation que nous traversons actuellement.” indique Linda, mère de 5 élèves.
A un autre parent d’ajouter: “Cette rentrée scolaire intervient dans une période où tout le monde cherche à se stabiliser financièrement après la crise du corona virus. Il est impossible pour nous de répondre à 100% les besoins des enfants pour cette rentrée scolaire. Voilà pourquoi les enseignants devront nous comprendre un peu et accepter les enfants tels qu’ils se présenteront”.

Les élèves attendent la rentrée des classes avec impatience

Peu importe les difficultés financières auxquelles sont confrontés leurs parents, les élèves n’attendent rien d’autre à part la reprise des cours. Ils ont soif d’étudier après près de sept mois passés à la maison.
” Mon nom c’est Judith. Cette année je passe de la 8ème primaire en 1ère secondaire. J’attendais ce moment depuis longtemps. Les études m’avaient déjà manquée. Nous sommes déjà fatigués de rester à la maison.”
Gauthier Heshima,un autre élève, souhaite que les problèmes de l’année passée ne se reproduisent plus cette année.
“Nous sommes plus que prêts pour réprendre le chemin de l’école. Nous voulons que cette année scolaire se termine en paix. Qu’il n’y ait plus de grèves ou de corona virus encore. Que nos autorités prennent des dispositions pour que les problèmes de l’année passée ne reviennent plus cette année.”

Les enseignants hesitent encore

Les professionnels de la craie rencontrés, même s’ils disent être prêts à répondre à l’appel de leur hierarchie,celui de reprendre le chemin de l’école; ils hesitent encore quant à certains aspects téchniques liés à la dispensation des enseignements cette année.
“Comme tout travailleur, nous allons bel et bien répondre à l’appel de nos employeurs en nous présentant aux cours le lundi. Néanmoins, je doute encore de l’effectivité des enseignements et du respect du programme national cette année.” nous fais savoir Guylain Chimeshula,un enseignant de la place.
“Les matières non vues l’année passée suite à la suspension des cours à cause du corona virus, risquent d’empieter sur celles de cette année. L’enseignant actuel, poursuit-il, se verra dans l’obligation de revenir sur ces matières avant d’entammer celles de cette année,pour une bonne compréhension des apprénants.”Cela aura un impact sur le respect du programme national”.

Guylain estime que le gouvernement devrait réajuster le programme et leur donner la possibilité de revenir sur les matières non vues l’année passée, en uniformisant le programme. Sans cela, pense-t-il, il risque de s’observer un desordre dans la dispensation des cours, l’enseignant ne sachant pas par où commencer.

Le corona virus étant encore présent au pays, le gouvernement en confirmant la reprise des cours pour ce lundi 12 octobre, a souligné que le port des masques restera obligatoire dans toutes les écoles de la RDC, le respect des gestes barrières de lutte contre la propagation de la Covid-19 également.

Emmanuel BARHEBWA

Notre hebdomadaire imprimé