RDC-Télécom: l’utilisation des téléphones, desormais taxée par le gouvernement

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

“Les Congolais vont désormais payer plus chers en utilisant un smartphone.” Ceci est la conséquence directe d’une nouvelle taxe instituée par le gouvernement congolais dans le secteur des postes et télécommunications.

En effet, dans un decret-loi signé par le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, et le ministre des Postes, Télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication (PTNTIC), Augustin Kibasa Maliba, publié dans le journal officiel du 1er avril 2020, le gouvernement congolais a institué une nouvelle taxe en faveur de l’ARPTC(Autorité de régulation de la Poste et des Télécommunications) portant sur la « certification des appareils mobiles » en République démocratique du Congo.

D’après ce decret, “désormais tout utilisateur d’un téléphone mobile devra payer, via son opérateur téléphonique, une taxe de 1 USD pour les appareils mobiles 2G ou 7 USD pour les appareils mobiles 3G, 4G et plus, pour leur certification par l’ARPTC à travers un enregistrement dans le registre central de la base des données IMEI”.

Cette taxe sur la certification est la 6ème taxe qui fait partie des actes générateurs des revenus de l’ARPTC. Elle vient compléter les 5 autres taxes prélevées depuis février 2012 par l’autorité de régulation en RDC.

Certains opérateurs économiques du secteur de télécoms et du Régulateur se plaignent déjà et estiment que leur secteur est déjà soumis à une forte pression fiscale et parafiscale.
Et d’ajouter que la nouvelle taxe va impacter négativement le secteur, entrainant la perte de plus de 100 millions $ chaque année.

La conséquence directe de cette nouvelle taxe c’est l’augmentation du coût d’utilisation des appareils mobiles. Autrement-dit, les Congolais vont désormais payer plus chers en utilisant un smartphone.

Déjà surtaxés avec la perception par la douane de 40% du prix du téléphone,les utilisateurs (l’ensemble des congolais) sont les plus vulnérables avec cette nouvelle taxe, qui vient s’ajouter aux multiples problèmes auxquels ils sont confrontés actuellement.

Emmanuel BARHEBWA