Réaction du Vice-Gouverneur du Nord-Kivu au sujet des abris provisoires des sinistrés détruits par le vent à Nyiragongo.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Lors d’une interview exclusive accordée à Kivu Nyota dimanche 29 aout 2021, le commissaire divisionnaire Jean-Romuald EKUKA LIPOPO, vice-gouverneur militaire du Nord-Kivu a donné sa version des faits quant à la récente destruction par le vent des quelques abris provisoires des sinistrés du Nyiragongo ; sujet qui a laissé couler encre et salive sur la toile en ville de Goma et ailleurs les semaines dernières.

D’après le vice-gouverneur, c’est plus ou moins soixante-dix maisons qui ont été détruites par la pluie et le vent au niveau du site de Kanyarushinya où sont battus, sur fonds du gouvernement congolais, 969 abris provisoires pour les populations sinistrées de la dernière éruption du volcan Nyiragongo.

A l’en croire, le gouvernement congolais qui, selon lui, “avait voulu parié au plus pressé pour que ces sinistrés s’installent le plus tôt possible dans ces abris”, a directement réagi après cette tragédie et toutes ces maisons détruites sont en pleine réconstruite à ce jour.

« Suite à cette tragédie qu’ont connus les habitants de Goma et des environs (l’éruption du Nyiragongo, ndlr), le gouvernement national a réagi et a voulu parier au plus pressé…Le gouvernement a commandé la construction de plus ou moins 1000 abris. Mais ce ne sont que des abris qui doivent être habités provisoirement pendant 6 mois ; et  à l’issu de ces six mois le gouvernement construira en dur. Et nous avons construit pour parier au plus pressé parce que…bon…le temps déjà de construire en dur, mais où seront les sinistrés ? Les déplacés où seront-ils ?…. Et donc pour parier au plus pressé, le gouvernement a commandé cet ensemble d’abris dont 969 à Kanyarushinya, 31 au niveau du village de Kinyanga, et à peu près 500 abris avec nos partenaires de la croix rouge derrière l’hôpital mobile…» a-t-il fait savoir.

Et d’ajouter : « le vent et la pluie sont arrivés… ce sont des éléments naturels que nous ne pouvions pas prévoir, surtout dans un milieu volcanique comme celui-ci,…ils sont arrivés et ont détruits plus ou moins soixante-dix maisons mais qui sont déjà en train d’être reconstruites, pour recevoir ces sinistrés à qui le gouvernement national a promis ces abris pour les y installer provisoirement en attendant qu’il construise pour eux six mois après… »

Aux sinistrés qui vivent jusqu’à ce jour dans des familles d’accueils et dans divers sites, le vice-gouverneur demande de garder leur mal en patience “car le gouvernement ne ménage aucun effort pour les installer dans ces abris provisoires et construire pour eux des abris définitifs.”

Emmanuel BARHEBWA