Kivu Nyota Presse

0 5 minutes 7 mois

Plusieurs jeunes leaders de la ville de Goma et ses environs ont pris part à cette séance de réflexion organisée par la Maison de jeunes/Goma ce samedi 19 fevrier 2022, dans le cadre du projet TUFAULU PAMOJA(Reussir ensemble), en marge de la journée mondiale de la justice sociale, célébrée le 20 février de chaque année.

Ayant comme thème « Justice sociale et bonne gouvernance pour la représentativité juste et équitable des jeunes au sein des institutions de prise de décision » cette séance de réflexion a été une occasion pour les organisateurs, de pousser les jeunes à agir et à militer pour l’avènement d’un État où règne la Justice sociale et la bonne gouvernance afin de bannir des innombrables inégalités et injustices imposées depuis plusieurs années par les systèmes politiques ayant dirigé le pays.

D’après Monsieur Eddie Mackila, de l’organisation CAFOD(Caritas d’Angleterre et des pays de Galles), facilitateur du jour, les jeunes doivent comprendre qu’ils n’ont pas que des droits de participer à la chose publique mais également des devoirs et une grande responsabilité à jouer pour lutter contre les inégalités sociale.
Et de renchérir: « Ils doivent demander des comptes à ceux qui gouvernent, ils doivent s’informer de plus en plus, mais également comme leaders ils doivent essayer d’avoir un cercle d’influence qui leur permette d’avoir un oeil sur la gestion de la chose publique »

Il a insisté toutefois sur le fait que les jeunes ne doivent pas être pessimistes le exhortant à ne pas perdre espoir .
« Je crois en vous, jeunes du Nord-Kivu ! De par votre créativité, vos réflexions et vos innovations sur tous les plans, je suis convaincu que vous pouvez et vous allez apporter des changements dans ce pays,face aux inégalités et injustices qui y règnent… Ne perdez pas espoir, agissez et vous y arriverez » a martété Eddie Makila, répondant aux questions de certains jeunes allant dans le sens de découragement lié à tous les efforts sans succès, déjà fournis dans le passé.

Monsieur Eddie Mackila en plein exposé

Évaluant positivement l’activité, Monsieur Nelson Mantama, coordonnateur provinciale du projet TUFAULU PAMOJA au Nord-Kivu, a indiqué que la thématique du jour intéresse au plus haut point la vision de ce projet en ce sens qu’elle suscite les jeunes à passer de l’inaction à l’action pour essayer de bannir les injustices sociales dans lesquelles ils vivent depuis plusieurs années.

« Tufaulu Pamoja est d’accord que la justice sociale est fondée sur l’égalité des droits pour tous les peuples et la possibilité pour tous les êtres humains sans discrimination de bénéficier du progrès économique et social partout dans le monde… «  a-t-il déclaré.

Propos soutenus par l’abbé Théodore Mbuleki, responsable de la Maison de jeunes/Goma qui est revenu, dans son mot de circonstance, sur l’urgence d’agir aujourd’hui pour l’intégration de la justice sociale.
Celle-ci, à l’en croire, « confère aux jeunes leur dignité dans le présent et nourrit leur espoir dans l’avenir ».

Photo de famille prise à l’extérieur de la salle

Depuis 2008, l’ONU a choisi le 20 février comme Journée mondiale de la justice sociale. Son objectif est de promouvoir une répartition équitable des revenus et un meilleur accès aux ressources pour tous.
« Beaucoup de gens ne sont pas conscients que de graves incidents d’injustice se produisent régulièrement. Il arrive que des personnes se sentent tellement prisonnières de circonstances injustes qu’elles envisagent le suicide. De tels incidents rappellent qu’un monde véritablement juste est loin d’être atteint » écrit le médias canadien NB Media Co-op sur la journée de ce 20 février 2022, rendant hommage à toutes les organisations et tous les mouvements qui militent pour l’avènement d’une justice sociale au monde.

Emmanuel BARHEBWA

Laisser un commentaire