Kivu Nyota Presse

0 6 minutes 7 mois

C’est une première de l’histoire, à en croire certains anciens, qu’une telle initiative est prise par différentes structures des jeunes de Goma afin d’éradiquer le problème d’insécurité grandissante au sein de la ville touristique.

Venus des mouvements citoyens actifs dans la ville ; des conseils locaux, communaux, urbain et provincial des jeunes,  ces leaders des jeunes ont adopté ce samedi 26 février 2022, sous la facilitation de la coordination provinciale du projet TUFAULU PAMOJA/Nord-Kivu et son partenaire l’Assistance Sociale Zawadi/RDC, « le Mécanisme conjoint de mobilisation et partage d’informations entre structures de jeunes de la société civile et autorités locales sur les questions et enjeux sécuritaires en ville de Goma, province du Nord-Kivu »

Il s’agit, d’après la présentation de MUGISHO BAHATI Ceraphyn de Zawadi/RDC, d’un cadre synergétique de communication, susceptible de faciliter et favoriser le partage d’informations sur l’actualité sécuritaire, grâce à des mécanismes basés sur la redevabilité, l’éveil de la conscience et engagement citoyen, à travers une série d’activités.

Ceci, a-t-il expliqué,  est la réponse face aux recommandations ressorties d’une vaste consultation de mouvements de jeunes, groupes de pression et coordination de la société civile sur l’actualité sécuritaire en province du Nord-Kivu et ville de Goma, où il a été décrié un gap de communication entre les autorités locales et mouvements de la société civile,notamment sur les questions et décisions qui engagent directement la sécurité.

Pour y arriver, le programme prévoit parmi les stratégies,  l’installation des 27 boîtes à suggestions dans la ville de Goma dont 18 quartiers de la ville, 5 dans les universités et 4 dans les grands marchés. S’en suivra l’organisation des émissions-radio autour des actualités sécuritaires, des échanges permanentes entre les autorités et la population, etc.

Pour Nelson MANTAMA, coordinateur provinciale du projet TUFAULU PAMOJA, la mise en place de ce mécanisme conjoint est l’un des grands atouts de ce projet, lancé il y a deux ans en RDC, dans l’objectif d’amener les jeunes et les femmes à participer dans les instances de prise des décisions pour porter plus haut les doléances de leurs pairs qui demeurent démographiquement majoritaires mais socialement plus vulnérables.

Photo: Nelson Mantama

Celui-ci se montre plus confiant et plus optimiste quant à la réussite des objectifs de ce mécanisme conjoint, partant du degré d’engagement de toutes les parties prenantes.

_« Nous sommes sûrs que cette démarche pourra cette fois-ci apporter des bons résultats dans notre ville sur le plan sécuritaire, surtout dans notre contexte actuel de l’Etat de Siège. Ces échanges et cette collaboration permanentes avec les autorités militaires est un atout majeur pour la lutte contre l’insécurité »_ a souligné Nelson.

À l’instar de tous les intervenants dans cette activité, Monsieur Guy Kibira, président du conseil provincial de la jeunesse du Nord-Kivu a félicité les initiateurs de ce projet tout en louant le fait « qu’il est entrain de  rassembler toutes les structures des jeunes de la place, qui ont souvent agi en ordre dispersé pourtant poursuivant les mêmes objectifs ».  J’appelle toutes les parties prenantes, insiste-il, à s’approprier ce mécanisme et à comprendre que « seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin ».

Les participants à cette cérémonie de lancement de ce mécanisme conjoint de partage d’informations sur les enjeux sécuritaires à Goma ne sont pas du reste.
Tout en louant les organisateurs de lui avoir associer à cette lutte, Jules NGELEZA, du conseil communal de la jeunesse de la commune de Goma,promet de s’engager à fond pour que cette initiative connaisse une réussite.

_« Pour nous c’est une satisfaction que l’initiative vient des jeunes eux-mêmes, des jeunes qui ont compris que la sécurité est une affaire de tous et qui décident d’apporter leur contribution au lieu de continuer à jeter toujours la responsabilité aux autorités. Nous allons maintenant travailler sur le terrain pour que ce mécanisme aie des indicateurs sérieux et qu’il atteigne ses objectifs »_ a indiqué Jules.

Dans sa brève intervention le bourgmestre adjoint (policier) de la commune de Goma a rappelé aux signataires de ce mécanisme le principe de l’ancien président MOBUTU, selon lequel chaque citoyen devrait surveiller et protéger son concitoyen ; façon pour lui de démontrer qu’en aucun jour l’Etat pourrait placer le policier devant chaque ménage pour la sécurité. Le premier acteur dans la lutte contre l’insécurité, a-t-il souligné, c’est la population.

L’activité a connu également la participation du chef de division de la jeunesse, des acteurs de la société civile, et des autres délégués des autorités locales.

Emmanuel BARHEBWA

Laisser un commentaire