Un an du gouverneur Carly Nzanzu KASIVITA : Serge Farini recadre sévèrement Promesse Matofali

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Pour Serge Farini, l’évaluation du député provincial élu de Butembo n’est que « prématurée, irrégulière, tronquée et hors contexte, donc simplement populiste. » Le coordonnateur de la cellule de communication du gouverneur Carly Nzanzu Kasivita réagissait ce dimanche 31 mai  au cours d’un point de presse, à l’honorable Promesse Matofali, qui a qualifié ce samedi 30 mai 2020 devant la presse, le mandat du gouverneur Carly Nzanzu Kasivita de « largement négatif »

Devant la presse, Serge Farini ne s’empêche pas de mépriser ce député élu de Butembo, qui à en croire le coordonateur de la cellule de communication Carly Nzanzu Kasivita, emprunte un chemin erroné, sans scrupule, pour se tailler une popularité, ce qui, du reste n’est autre qu’un coup d’épée dans l’eau. Serge Farini lui reconnait certes cette prérogative tant qu’il respecte tous les mécanismes y afférents. «il existe des mécanismes de contrôle qu’il doit respecter pour ne pas verser dans l’irrégularité voire le populisme de mauvais goût. ». L’Honorable Matofali a trébuché en s’acharnant sur l’autorité provinciale prématurément, peut-être induit en erreur par des mains noires en oubliant que la date officielle au cours de laquelle Carly Nzanzu Kasivita est entré en fonction est entre autre celle du 29 juin 2019. « Il a fallu que son programme soit accepté et son gouvernement investi le 28 juin 2019, il a fallu que son gouvernement qui n’a trouvé grand chose en banque soit doté d’un budget, lequel a été voté notamment par l’Honorable Promesse Matofali le 20 décembre 2019. Bref, l’Hon. Promesse a fait montre d’une ignorance criante dans la chronologie des faits ayant accompagné la prise de fonction du Gouvernement Carly Nzanzu Kasivita, nous excusons son ignorance. »

Une évaluation irrégulière

Pour Serge Farini, l’Honorable Promesse Matofali a violé l’éthique parlementaire en vertu de laquelle il devrait agir conformément aux us et pratiques du parlement. Selon lui, un député ne peut pas évaluer un Gouvernement provincial dans un point de presse alors que la loi lui donne plusieurs moyens à travers lesquels il peut exercer son contrôle du parlement. «  A peine l’Honorable a introduit une question écrite adressée au Gouverneur qui est encore dans le délai, sans élément de réponse qui devrait lui servir d’appréciation, l’Honorable Promesse tire une conclusion hâtive, “largement négatif”. Aucune motion de défiance n’a été régulièrement envoyée au Gouverneur Carly. L’Honorable Promesse a oublié de dire aux médias qu’il est Vice-président de la commission Ecofin qui, trimestriellement, doit évaluer le Gouvernement provincial. A-t-il produit aux médias un rapport de sa commission qui lui fonde sa prise de position ? Non. Et même si ce rapport existait, sa consommation ne serait pas médiatique, il serait destinée a la plénière de l’Assemblée provinciale qui, seule, après adoption du rapport, peut donner une position sur la gestion du Gouvernement Carly. Faute de ce faire, l’Hon. Promesse a violé l’éthique parlementaire qui l’oblige a agir conformément aux us et pratiques parlementaires. »

Le bilan effectué par l’honorable Promesse Matofali est tronquée et hors contexte

L’évaluation du député provincial élu de Butembo patauge et stagne dans une ignominie édifiée par un désir ardent de se faire un nom s’accoudant sur le contexte actuel qui ne laisse pas la province  indifférente. Serge Farini se demande comment l’honorable Matofali semble oublier la situation que traverse la province qui est dans « une sorte de récession que les institutions essaient de sauver ».  Pour le coordonnateur de la communication du gouverneur du Nord-Kivu, cette évaluation est hors-contexte. « l’Hon. Promesse vient de Butembo, il a été sensibilisé la population sur le civisme fiscal et les images sont la. Il sait que le Gouvernement provincial, autant que l’Assemblée provinciale, fait face aux difficultés de la rétrocession qui n’est pas régulièrement envoyée et sans laquelle il est difficile d’exécuter certains projets d’investissement en province. Il connait, par ailleurs, que l’État d’urgence est a la base de la baisse vertigineuse des recettes en province. Dans son point de presse, il sort du contexte réel, il oublie qu’il a plusieurs mois impayés non à cause de Carly Nzanzu  Kasivita mais parce que Kinshasa n’envoie pas régulièrement la rétrocession, il oublie que suite à l’État d’urgence, plusieurs taxes sont soit suspendues(taxes sur les produits agricoles par exemple), soit alors rabaissés (taxes sur la consommation des produits brassicoles…), son évaluation est hors contexte du Nord Kivu pour ne pas dire hors contexte de la RDCongo, donc hors sujet… »

Par ailleurs, Serge Farini convie à l’opinion à ne pas se laisser manipuler par des politiciens qui, pour la désorienter, tissent des critiques qu’il traite de « bas étages, populistes, farfelues, superfétatoires et infertiles » Serge Farini salue encore le travail élogieux que réalise le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita notamment dans la gestion de la lutte contre la pandémie de la Covid-19. Il rappelle que le 28 juin prochain, date à laquelle le gouverneur est entré en fonction, le bilan  très positif de la première année du mandat du gouverneur Carly Nzanzu Kasivita sera présenté à la population mais aussi les défis contre lesquels le premier mandat a été confronté.

Patrick BASSHAM

Notre hebdomadaire imprimé