Ariane MUDOSA, pourquoi s’est-elle donnée la mort ?

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

La mort par auto-pendaison de la jeune étudiante Ariane Mudosa   défraie la chronique depuis ce mercredi 25 novembre 2020.  Qu’est-ce qui en serait à la base ? Etait-ce une déception amoureuse ? Traversait-elle une période confuse et désorientée ? Ce drame demeure jusque-là un mystère aux yeux de sa famille et de tous ceux qui l’ont connue. Entre spéculations, rumeurs, jérémiades et peines, voici quelques éléments importants sur  les moments ayant précédé ce drame.

La jeune Ariane, 24 ans, étudiante finaliste à l’Université de Goma qui allait défendre son mémoire en décembre prochain, s’est bel et bien suicidée, a confirmé le premier subtitut du Procureur de la République, le Magistrat Claver, à Kivu Nyota. Pourtant ce mercredi 25 novembre 2020, tout commence normalement pour elle, comme les autres jours et personne ne peut  même se douter qu’elle ait un projet suicidaire, nous raconte un proche de sa famille. « Elle s’est bien réveillée, elle a fait la vaisselle, comme d’habitude, elle a préparé à manger pour papa, lorsqu’il a sonné dix heures, elle nous a appelées pour nous avertir que commençait la série El Diablo. On a suivi ensemble la série, vers onze heures, elle nous  a fait savoir qu’allait commencer une série dont elle était fane. On la lui a laissée, comme moi je cuisinais. Après elle est montée en haut (ndlr la lucarne où elle a commis son forfait) on a pensé qu’elle allait se laver.  On ne s’est même pas imaginé qu’elle serait capable d’agir ainsi puisqu’on était très bien et elle n’a rien laissé d’écrit pour nous éclairer sur les raisons de son forfait. On a tout fouillé rien du tout. Vers 13h, le temps que je m’apprêtais aussi à me doucher, y  a ma sœur qui cherchait ses 1000 fc perdus depuis avant-hier. Et c’est lorsqu’elle fouillait à l’étage qu’elle a fixé les yeux en haut et trouvé le corps pendu. Elle est vite descendue en criant ‘’Ariane ! Ariane !’’ On a d’abord pensé que c’était un incendie mais on a trouvé que bien sûr elle venait de se pendre »

le lieu du drame

Lire la vidéo complète ici https://www.facebook.com/KivuNyota/videos/339332467498339/

Les attitudes d’Ariane ont paru normales ce mercredi, confie un autre témoin à Kivu Nyota. Cependant on raconte que depuis neuf heures, elle faisait des tours en haut, comme si elle préméditait déjà son acte mais le camouflait un peu. La lucarne où les faits se sont produits, est un endroit encore non aménagé par la famille, situé au dernier niveau de la maison. La charpente peut se voir  avec une petite échelle, un sommier et un poste-radio. Selon le témoin, c’est sur ce poste-radio qu’elle s’est levée, enroulant le foulard qu’elle portait sur la charpente et s’ôter la vie.

Des raisons de tout bord sauf une peine de cœur

Depuis les faits, les réseaux sociaux n’ont pas manqué un seul instant à attribuer les causes des faits à une relation amoureuse qui aurait mal tourné. Selon les proches qui ont d’ailleurs consulté son téléphone, Ariane n’avait pas de soucis de couple, ni des peines de cœur. D’ailleurs, selon Patrice, son petit ami qui, effondré, s’est confié à KN, celui même auquel les réseaux sociaux ont cruellement reproché cet incident selon qu’il aurait donné la dot à quelqu’un d’autre,  tout allait bien entre eux :  le samedi ils ont participé à la défense d’une amie, le dimanche ils ont été à la quatrième messe à Carmel, le mardi soir ils se sont appelés pendant deux heures et le mercredi ils se sont écrits jusque dix heures.

Lire le temoignage vidéo du petit ami d’Ariane Mudosa sur notre page facebook https://mobile.facebook.com/story.php?story_fbid=2822400761369561&id=2215872735355703&_rdr

Peines et amertumes latentes 

Ceux qui connaissaient Ariane Mudosa, témoignent d’elle une fille vertueuse, intrépide, dévote, peu bavarde.  Sa vie était normale mais les derniers instants étaient caractérisés par des stress, tantôt causés par la soutenance qu’elle attendait en décembre prochain après la mort de son encadreur,  et d’autres au sein de sa famille où elle vivait avec sa marâtre, son père et ses frères et sœurs. Selon certaines sources concordantes auxquelles la défunte se serait confiée quelques jours avant sa mort, Ariane serait en froid avec certains membres de sa famille qui ne lui auraient jamais inspiré confiance de se sentir vraiment chez elle. Sa  famille voudrait qu’elle épouse son ex, ayant beaucoup de moyen au détriment de son petit ami actuel. Ariane ne l’aimait pas parce qu’elle affirmait que son cœur n’appartenait qu’à son petit ami (Patrice ndlr). Les plus grands stress d’Ariane auraient commencé après le mariage de sa sœur en début novembre de cette année. C’est depuis ce temps qu’on aurait commencé à lui soumettre à certaines pressions de vie qui lui causaient souvent beaucoup de peine, qu’elle disait même souvent en plaisantant qu’elle pourrait un jour se suicider.

Quoi qu’il en fût, elle sera la seule à savoir les raisons l’ayant poussée à commettre son acte. Que les cieux l’accueillent

Chez la défunte où se tient le deuil