14ème anniversaire de décès de Floribert BWANACHUI : La communauté San’t Egidio de Goma vulgarise son combat sur la lutte contre la corruption, ayant conduit à son assassinat

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

09juillet 2007-9 juillet 2021, il y a exactement 14 ans jour pour jour depuis l’assassinat du « serviteur de Dieu » Floribert BWANACHUI, ex membre de la communauté Sant’Egidio de Goma. Pour honorer sa mémoire et vulgariser son combat sur la lutte contre la corruption, au nom de la foi, combat qui lui a couté la vie il y a 14 ans ; les amis de la communauté san’t Egidio de Goma ont organisé ce dimanche 11 juillet 2021 une série d’activités en ville de Goma en union avec la famille biologique de l’illustre disparu.

Etant un mouvement de l’Eglise Catholique, la communauté a préféré débuté la journée par une messe à la paroisse Saint Esprit avec l’intention de prier pour le repos de l’âme de l’illustre disparu. Ensuite une délégation des membres du mouvement, accompagné des quelques membres de famille se sont rendus à la tombe du feu Floribert BWANACHUI pour la prière et le dépôt des gerbes de fleurs, avant de revenir clôturer la journée par le partage du repas avec les enfants de la rue et les démunis.

Pour Maitre Yaks BAKINAYE, membre de cette communauté, le message central derrière cette série d’activités en ce 14ème anniversaire du décès de leur camarade, c’est de dire au monde entier et à la jeunesse en particulier, qu’il est possible de s’opposer à la corruption et à toutes les antivaleurs prônées actuellement par le monde « si on vit sa foi avec détermination ».

Et d’ajouter : « Floribert BWANACHUI reste un modèle pour la jeunesse non seulement du diocèse de Goma ou de la RDC, mais aussi du monde entier. Le fait pour lui d’avoir pris une si grande décision (d’accepter de mourir plutôt que de prendre de l’argent lui proposé en guise de corruption, ndlr), fait de lui actuellement un véritable modèle. Son message ne concerne plus seulement les frontières du Rwanda ou du Congo. C’est un message qui doit aller au-delà de nos frontières et parvenir au monde entier car le fléau de la corruption gangrène actuellement le monde entier… »

Précisant que les démarches pour la béatification de Floribert Bwanachui par la Vatican se poursuivent et évoluent positivement, Yaks BAKINAYE appelle tous les chrétiens catholiques du diocèse de Goma et les membres de sa communauté en particulier, à demeurer dans la prière pour que la procédure aboutisse. Il souligne par ailleurs que jusqu’ici leur camarade est reconnu par l’Eglise au rang de « serviteur de Dieu », raison de leur réjouissance.

Se confiant à Kivu Nyota, Madame KAMARA NDAWIHA Gertrude, mère biologique du feu Floribert BWANACHUI regrettant toujours la disparition de son fils, dit se réjouir tout de même du courage de la foi dont celui-ci a fait preuve durant sa vie, invitant les parents « à ne pas baisser les bras dans la transmission de la foi à leurs enfants ».

Image: Floribert BWANACHUI BIN KOSITI

Rappelant les circonstances de la mort de ce jeune de Goma, assassiné pour rappel à l’âge de 26 ans, les responsables de la communauté San’t Egidio qui suivent de près son dossier, indiquent que Floribert BWANACHUI BIN KOSITI avait été tout d’abord enlevé entre le 07 et le 08 juillet 2007 puis retrouvé mort le 09 juillet de la même année pendant qu’il travaillait à l’Office congolais de contrôle (OCC). Il se serait opposé au nom de sa foi, d’après les enquêtes, à l’entrée des produits périmés à la frontière congolo-rwandaise malgré des grosses sommes d’argent lui proposées en guise de corruption. A ce jour, une enquête est en cours à la congrégation pour la cause des saints au Vatican pour évaluer la possibilité de sa béatification par l’Eglise Catholique Romaine. Ce qui ferait de lui, une fois le processus abouti, le troisième bienheureux de la RDC proclamé par Rome, après Isidore Bakanja et Anuarite NENGAPETA.

Emmanuel BARHEBWA