COVID-19 : Que sont devenus les consommateurs de l’eau importée du Rwanda ?

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Les conséquences des mesures de lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19 en RDC, sont déjà perceptibles à Goma. Plusieurs habitants de Goma qui préféraient consommer l’eau du Rwanda se retrouvent actuellement dans l’impossibilité de l’obtenir suite à la fermeture de la frontière Congolo-rwandaise, à travers laquelle cette eau leur parvenait

Les revendeurs de cette eau, comme les consommateurs ( leurs clients), ne savent plus à quelle Saint se vouer durant cette période de la pandémie du Corona virus. Les uns sont réduits au chômage et les autres sont obligés de se procurer désormais de l’eau par d’autres moyens, malheureusement plus couteux.

Kivunyota Hebdo a rencontré cette semaine certains consommateurs ainsi qu’un revendeur de cette eau, pour savoir comment ils vivent cette période dramatique où ils en sont privés.

Léon, un jeune de Goma, revendeur d’eau (du Rwanda vers Goma), nous révèle qu’il est au chômage depuis que le gouvernement a pris la décision de fermer ses frontières. Il ne sait plus quoi faire.

“Ça fait déjà une semaine qu’on a fermé la frontière… Depuis lors, je ne travaille pas car je n’ai plus accès à l’eau du Rwanda…cette mesure nous a beaucoup bouleversé.” raconte-t-il regrettant le fait que  les consommateurs aussi en souffrent car ceux-ci n’arrivent pas à consommer l’eau produite localement par la REGIDESO.

De leur côté, les congolais qui consomment cette eau (en provenance du Rwanda), nous révèlent qu’ils souffrent doublement en cette période de la pandémie.

“À part l’angoisse que nous avons tous face à cette dangereuse maladie, nous sommes butés également au problème de pénurie d’eau potable…Ceci fait à ce que nous, qui sommes habitués à consommer l’eau du Rwanda, traversions actuellement une double souffrance!” s’inquiète Jonathan TSHILOMBO, membre d’une famille qui n’a toujours consommé que l’eau du Rwanda.

Plan B

” Pour faire face à cette situation, ma famille et moi,  recourons actuellement à l’eau minérale, produite par certaines entreprises locales… Ce qui est dommage, c’est que cette eau nous coûte parfois le double, voire même le triple de celle du Rwanda, que nous obtenions à un prix abordable.” ajoute-il rappelant au gouvernement qu’à part la protection de la santé  de ses citoyens, il doit aussi songer à protéger ces derniers contre la famine ou le manque des biens de premières nécessités.

À la question de savoir pourquoi ces gomatraciens préfèrent plus consommer l’eau du Rwanda par rapport à celle produite localement par l’entreprise congolaise REGIDESO, plusieurs d’entre eux présentent comme motifs le caractère salé de l’eau de Goma, d’autres parlent de son impureté, pendant que certains disent que cette eau n’étanche pas leur soif.

“Le fait pour moi d’être habitué à la consommer l’eau du Rwanda, me pousse à établir une grande différence entre elle et celle de notre ville. J’ai réalisé que l’eau de Goma est trop salée. En plus, dès que je la bois, ma soif ne s’étanche jamais…” nous révèle Jonathan TSHILOMBO qui affirme d’ailleurs, avoir un jour développé des maux de ventres qu’il croit avoir des relations avec “l’eau de Goma” qu’il aurait consommé deux jours plus tôt.

“Nous demandons à notre gouvernement de revoir ces mesures et de prendre des dispositions visant à soulager toutes ces personnes qui consomment l’eau du Rwanda et qui en sont privés actuellement. Celles-ci souffrent énormément durant cette période de la pandémie.”

” Il est vrai que la maladie est là et qu’elle tue énormément! Mais il ne faut pas oublier  aussi que la famine est là peut également tuer!” soulignent enfin ces congolais.

Alors que le monde entier célébrait le 22 mars dernier la journée internationale de l’eau, la situation d’accès à l’eau potable dans la ville de Goma demeure un casse-tête. La population a stéréotypé la potabilité de l’eau fournie par certaines entreprises  congolaises. Serge Koko, président de l’Association, jeune professionnelle de l’eau, s’inquiète de cette situation. Depuis deux ans, il ne cesse de se battre pour l’accès à tous à l’eau potable, ce qui devrait être une priorité en cette période de confinement contre la pandémie de COVID-19.

Emmanuel BARHEBWA