Diocèse de Goma :Mgr Willy Ngumbi inaugure la 1ère JDJ du Christ Roi

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Monseigneur Willy Ngumbi, évêque du diocèse de Goma, était à nouveau face à des milliers de jeunes de son diocèse ce dimanche 21 novembre 2021, jour de la solennité de Christ Roi de l’univers, pour célébrer la Journée diocésaine des Jeunes.

Traditionnellement célébrée le dimanche de rameaux, c’est pour la première fois que cette journée est organisée à cette solennité, suite à une nouvelle orientation du Saint Siège ayant décidé de la ramener à la fin de l’année liturgique.

La messe d’action de grâce du jour présidée au sanctuaire d’adoration de Goma par l’évêque avec à ses côtés une trentaine des prêtres, a été marquée par des enseignements forts axés non seulement les lectures du jour mais également sur le thème central de cette JDJ: _“Lève-toi: car je t’etablis témoin des choses que tu as vues(Ac.26,16)”_

Dans ses différentes prises de parole aussi bien dans son homélie, dans son discours, que dans l’interview à la presse, l’évêque de Goma a insisté sur le fait que l’Église et la société toute entière attendent beaucoup de la jeunesse pour se développer car celle-ci constitue, estime-t-il se référant aux propos du pape François, “l’avenir mais aussi le présent du monde”.

Pour Mgr Willy Ngumbi l’Église ne peut rien organiser actuellement sans la jeunesse.
“Voilà pourquoi l’Eglise de Goma veut une jeunesse responsable, une jeunesse consciencieuse, une jeunesse qui met en pratique les valeurs de l’évangile, les valeurs chrétiennes ; les valeurs de l’amour, de la vérité, la justice, de la paix, de la fraternité envers tous… C’est cette jeunesse-là que nous voulons” a-t-il martelé.

Nous voulons une jeunesse, rencherit-il, “qui est consciente qu’elle a une pierre à apporter à l’édification de la paix dans notre pays. Ce n’est pas une jeunesse qui attend seulement de recevoir mais une jeunesse qui veut faire sa part,  qui veut participer au développement, et pour nous spécialement,  à l’annonce de l’Evangile… “

La famille étant le cadre idéal pour la formation des jeunes, le prélat du diocèse de Goma a par ailleurs indiqué que si l’année pastorale en cours en diocèse de Goma a été dédiée à “la famille”, c’est encore une fois le jeune qui est visé, en ce sens que la stabilité et l’harmonie en famille peuvent influencer les différents choix et décisions des jeunes qui y vivent.

Venue de la paroisse de Masisi (environ 80Km de la ville de Goma);  Epiphanie Mujawayezu, comme plusieurs jeunes présents à cette JDJ, se dit satisfaite des enseignements reçus.
“la journée d’aujourd’hui a été très riche en enseignement. L’évêque nous a prodigué beaucoup de conseils qui peuvent nous aider non seulement spirituellement mais aussi dans le cadre de développement. Cela m’a beaucoup rejoui” indique-t-elle.

Isaac Wenceslas Bamuleke Ngaboyeka, jeune de la paroisse de Bobandana (en province du Sud-Kivu, à environ 45 Km de la ville de Goma),  se dit également marqué  par les activités de cette JDJ.
“Ma première joie c’est le fait d’avoir été invité ici  à Goma pour faire communion avec les jeunes d’ici. Je me réjouis ensuite des enseignements de l’évêque qui m’ont vraiment édifié au point que je m’engage à aller relayer ces messages à d’autres jeunes de ma paroisse qui n’ont pas été ici, vu leur pertinence dans la vie de la jeunesse “déclare Bamuleke.

Notons qu’au cours de la messe qu’il a dite lui aussi à l’intention des jeunes du diocèse de Rome ce même dimanche, le pape François a exhorté les jeunes à “ne avoir peur des rêver”.
“En tant qu’Église, nous avons aussi besoin de rêver, nous avons besoin de l’enthousiasme et de l’ardeur des jeunes pour être des témoins de Dieu qui est toujours jeune!», a insisté le Pape en exhortant les jeunes à tout confier à Jésus. «Il aime vos rêves et vous aide à les réaliser», a assuré François, expliquant que l’Église et la société ont besoin de «rêveurs qui nous maintiennent ouverts aux surprises de l’Esprit Saint».

Emmanuel BARHEBWA