Concepteur d’un tapis roulant en bois, le jeune de Goma Désiré Kabengele parle de sa rencontre avec Abed Achour

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

De retour de Kinshasa pour une rencontre avec le boss Abed Achour, autour du système de tapis roulant qu’il a conçu, le jeune Désiré Kabengele, habitant de la ville de Goma precisément au quartier Ndosho ; s’est confié à Kivu Nyota ce vendredi 19 novembre 2021 pour parler de l’essentiel des échanges qu’ils ont eus à Kinshasa et de son projet.

Kivu Nyota vous propose ici l’intégralité de l’interview avec le jeune Désiré Kabengele.

KN: Monsieur Désiré Kabengele, bonjour !

DK:Bonjour monsieur le journaliste !

KN: Pouvez-vous vous présenter aux milliers de lecteurs de Kivu Nyota ?

DK: Je suis KABENGELE SEBAZUNGU Désiré, j’ai 25 ans, j’habite en ville de de Goma, précisément dans le quartier Ndosho. Je viens fraîchement de finir mon graduat en Électromécanique à L’ISTA-Goma(Institut Supérieur des Techniques Appliqués de Goma). Je suis deuxième d’une famille de huit enfants. Je suis orphelin de père depuis 2013 et je vis actuellement avec ma mère qui s’appelle DUSABE et mes frères.

KN: Vous êtes concepteur d’un système de tapis roulant en bois et aujourd’hui votre projet est apprécié par pas mal de personnes, pouvez-vous dire un mot là-dessus ?

DK: Tout d’abord je peux dire que l’idée de fabriquer ce système de tapis roulant, part du fait que je suis courreur passionné et je suis même dans un club qui pratique ce sport. Alors j’ai fait des recherches et j’ai trouvé que les sportifs congolais et ceux de ma ville de Goma en particulier, souffrent beaucoup. Ils ne font pas le sport correctement car ils sont butés à plusieurs difficultés comme l’insécurité, les embouteillages, etc. qui ne leur permettent pas de faire le sport régulièrement et de respecter le programme.C’est ainsi que j’ai conçu ce dispositif pour les aider à faire de la course ou de la marche à pied chez eux à la maison.ce système peut aussi être placé dans des hôpitaux, et partout où on veut. C’est un système purement mécanique.

Image: prototype du Tapis roulant en bois conçu par D.Kabengele

KN: Alors, votre rencontre avec le boss Abed Achour à Kinshasa fait du bruit sur les réseaux sociaux de Goma actuellement, pouvez-vous nous raconter comment ça s’est passé pour en arriver là ?

DK: Au fait, je peux dire que je ne savais pas si tout ce qui m’arrive aujourd’hui allait se produire. Après ma défense et ma présentation de ce prototype, beaucoup de personnes avaient aimé ; elles ont pris des images et des vidéos et ont partagé sur les réseaux sociaux en vantant la conception d’un fils de Goma, d’un fils du Congo. Et c’est récemment qu’un intermédiaire entre moi et Abed Achour m’a contacté et m’a dit qu’il a présenté le projet au boss et que celui-ci a trop apprécié et à souhaité me rencontrer. C’est comme cela que je suis parti à Kinshasa et il m’a reçu dans son bureau et nous avons beaucoup échangé sur ce projet.

KN: Et qu’est-ce qu’on peut retenir de votre entretien tous les deux,  si ce n’est pas un secret ?

DK: Oui,  il a beaucoup apprécié et il m’a ditU que c’est mieux que je finisse les études, c.à.d que j’obtienne d’abord ma licence pour qu’il puisse soutenir mon projet. Et comme c’est un homme animé d’un bon coeur et qui a vraiment la volonté d’aider les gens, il m’a prodigué beaucoup de conseils et m’a promis de l’emploi à caractère avec mon domaine aussitôt que je finis mes études, si je reste assidus dans le travail.

les échanges dans le bureau de Abed Achour

KN: Et quel est votre sentiment après une telle rencontre avec un grand homme

DK: Je ne peux que remercier et féliciter la générosité de cet homme.  Puisque ce pays est rempli des grands hommes du même rang que lui mais la plus part n’ont pas un coeur aussi généreux que lui, c’est pourquoi je l’ai beaucoup remercier et que Dieu le bénisse.

KN:Avez-vous un message à tous les jeunes de la ville de Goma et d’ailleurs ?

DK: Je dirais à tous les jeunes de ne pas se décourager dans leurs objectifs, de toujours se lancer quels que soient les obstacles. Je les exhorte d’abandonner les anti-valeurs et de poursuivre leur but sans relâche .

KN: Un mot pour l’ISTA/Goma votre institution et pour toutes les personnes qui vous soutiennent dans vos études*

DK: La première personne à remercier c’est ma mère. C’est vraiment une femme en or, une bonne maman qu’on ne peut pas trouver deux fois. Elle n’a pas cessé de me prendre en charge et s’est battu depuis ma troisième secondaire.Elle ne m’a jamais lâché durant tout mon parcours. Je remercie aussi l’ISTA, une grande institution qui nous forme  bien avec les enseignants de qualité. En tout cas, je remercie tous ces professeurs qui m’ont donné cours.C’est grâce à eux que je suis entrain d’avancer pas à pas, Que Dieu les bénisse aussi.

KN: Monsieur Désiré Kabengele, Kivu Nyota vous remercie d’avoir répondu à ses questions et vous souhaite bonne chance pour la suite

DK: Merci aussi à vous Monsieur le journaliste et que Dieu vous bénisse

Propos recueillis par Emmanuel BARHEBWA