Goma/Gratuité de l’enseignement: Les enseignants s’insurgent contre les interpellations et intimidations de leurs collègues et promettent faire un sit- in au parquet général ce jeudi (Bahala SHAMAVU)

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

“La situation qui peut ruiner l’éducation au Nord-kivu est orchestrée par le parquet général de la ville de Goma”, a déclaré
dans une interview à Kivu Nyota ce mardi 24 novembre 2020, le président de la Force Syndical National des enseignants,Innocent Bahala shamavu

D’après cet enseignant de la ville de Goma, un groupe d’individus est entrain de proceder ces derniers jours aux interpellations des chefs d’établissements des écoles de Goma au niveau du parquet pour des raisons non encore illucidées.
Après analyse ce dernier pense que ses interpellations comptent handicaper une fois encore l’éducation dans la ville de Goma et dans la province en général au sein des écoles au moment où les écoles sont entrain de fonctionner correctement grâce aux partenairiats conclus avec les parents qui ont pris la conscience de la situation chaotique et économique que traverse le pays qui bloquerait la matérialisation de la gratuite.

Bahala Shamavu confirme avoir réçu lui-même des invitations du parquet envoyé aux chefs d’établissements des écoles publiques sans motifs valables. “trop c’est trop”, tonne-t-il, promettant que ce jeudi ils vont descendre au parquet avec les élèves pour reclamer la liberation de ces chefs d’établissements et pour dire non aux intimidations dont continuent à faire face plusieurs enseignants ces derniers temps. Le président de la FOSSYNAT demande aux autorités de laisser les citoyens responsables accomplir librément leurs responsabilités en ce qui concerne l’éducation de leurs enfants soulignant que le gouvernement a déjà montré ses incapacités de matérialiser son projet sur la gratuité. À l’en croire,le gouvernement n’a pas donné ce qu’on appelle le 2 ème et le 3 ème palier et qu’un enseignant est payé 140 dollars et cela est donné à moins de 40 enseignants qui donnent cours dans des écoles primaires. D’où ,selon lui,il n’y a pas encore gratuité effective de l’enseignement en République démocratique du Congo .

Ricardo olenga .