Rutshuru/Conflits Hutu et Nande: Le calme est entrain de revenir progressivement (Justin kuya, Administrateur du territoire)

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Une délégation technique a fait la ronde de Rutshuru ce lundi 23 novembre 2020 , pour palper du doigt la situation sécuritaire dans cette partie de la province du Nord – Kivu.
Conduite par le ministre provincial en charge de l’intérieur accompagné dans sa suite par le chef de bureau de la Monusco, du général des FARDC sokola 2 et d’autres personnalités, cette délégation a été accueillie par l’administrateur de Rutshuru qui a fait la cartographie de la situation tout en rassurant que le calme revient petit à petit.

Selon Justin Kuya l’administrateur du territoire, la situation sécuritaire dans le Rutshuru commence à se stabiliser, mais il y a un mois passé la situation a été extrêmement rouge entre les deux communautés locales qui se sont affrontés causant des dégats énormes. Il y a eu plusieurs cas des morts, affirme-t-il, dans les deux camps (Nandes et Hutus) protagonistes.

Justin Kuya dit ne pas comprendre l’origine des conflits entre les deux communautés qui , selon lui, ont vécu comme des frères et soeurs depuis des lustres. “A Kiwanja,tout comme à Kinyandonyi et partout ailleurs cette même population n’avait pas des problèmes. Les communautés vivaient toujours comme frères et soeurs”
Mais aujourd’hui,poursuit-il, c’est étonnant qu’ils s’affrontent.Et quand nous cherchons le vrai problème nous trouvons que les leaders locaux font partis au problèmes. “il y a certains politiciens à mal de positionnement qui cherchent a opposer les communautés pour tirer des dividendes”

Pour résoudre ce problème, l’AT de Rutshuru soutient ceux qui précaunisent le dialogue social entre les communautés mais souhaite que ce dialogue débute au plus haut niveau. “c’est une grande solution, mais le dialogue doit concerner d’abord les politiques avant d’arriver à la base, car si le discours change au sommet la base va emboiter les pas, et les choses peuvent se normaliser”.

Justin kuya ne manque pas à décourager les groupes armes qui se cachent,selon lui, derrière les communautés.

Pour rappel madame LEILA ZERUGHU la représentante du secrétaire général de nations unis qui était à Rutshuru le samedi dernier s’est également enquerie de cette même situation dans ce coins du pays. Dossier à suivre .

Ricardo olenga .