Kivu Nyota Presse

0 4 minutes 8 mois

Dans le cadre de la commémoration de la fête de Saint François de Sales, reconnu par l’Eglise catholique comme patron des journalistes et des communicateurs, la communauté salesienne de Goma, à travers son magazine Jambo Vijana, a organisé ce lundi 24 janvier 2022 une séance d’échanges avec les journalistes de la place autour du thème: « Le journalisme et la vie chrétienne. Modèle et inspiration de François de Sales ».

Ayant focalisé son exposé autour de la vision chrétienne des pratiques des médias et les attentes de l’Église Catholique face aux journalistes et communicateurs , l’abbé Gabriel Hangi, l’un des principaux intervenants du jour, a démontré aux chevaliers de la plume que leur métier est non seulement « noble » mais également « dangereux ».

À l’en croire, le journaliste
chrétien se diffère de tout autre journaliste par la responsabilité dans le choix de la matière à traiter dans les informations qu’il diffuse, mettant en avant-plan les valeurs chrétiennes et morales.

« Chaque choix qu’opère un journaliste est porteur d’une certaine moralité. C’est dire que le journaliste chrétien doit être responsable de ses choix, de son message et même de ses écrits », a-t-il déclaré.

Et de poursuivre, s’empruntant des propos du pape François, « Il existe trois principaux péchés à éviter chez un journaliste chrétien: la Désinformation, la Médisance et la Calomnie… »

Des propos soutenus par Madame Rosalie Zawadi, responsable de l’Union Nationale de la Presse du Congo/section Nord-Kivu qui, dans son exposé sur « L’éthique et de le déontologie du journaliste en RDC », est revenu sur les attitudes que doit adopter tout journaliste qui veut progresser dans ce métier ; insistant, elle aussi, sur les valeurs chrétiennes et morales qui doivent guider les chevaliers de la plume dans l’exercice de leur travail.

À la tête de l’organisation de cette activité, le père Jean-Pierre Muhima Mutaka, salésien de Don Bosco, s’est dit réjoui, pour sa part, de la richesse que viennent de connaître ces échanges qui s’inscrivent, selon lui, dans le but de « faire connaître aux journalistes leur saint patron, François de Sales, dont les qualités et les moyens de communication sont toujours d’actualité quatre siècles après sa mort ».

L’Histoire retient de saint François de sales, d’après les témoignages présentés au cours de cette séance, un prêtre puis un évêque catholique, élevé au rang de docteur de l’Eglise ; ayant consacré sa vie à l’annonce de l’évangile, notamment par la publication des feuillets atteignant une grande masse des populations à son époque. Des actions qui lui valurent son institution par l’église catholique comme patron des journalistes et des écrivains.

Emmanuel BARHEBWA

Laisser un commentaire