Goma: L’élu de Butembo Promesse Matofali s’inquiète de la situation sécuritaire au Nord – Kivu

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

L’élu de Butembo , Promesse Matofali appelle les responsables de l’assemblée provinciale de répondre sur la situation sécuritaire qui est devenue grandissante dans la province du Nord- Kivu . Dans un entretien accordé à la presse de Goma ce lundi 18 octobre 2020 au siège de l’assemblée provinciale Promesse Matofali trace un tableau sombre de la situation sécuritaire qui prévaut dans la province du Nord – Kivu, deux ans comme élu de la province .
“Interpeller le ministre provincial de la sécurité pour éclairer l’opinion , c’est son devoir” a déclaré l’élu de Butembo,
Promesse Matofali. Ce dernier peint des événements sombres que connaît la province , comme à Béni depuis le 15 octobre dernier que Béni ville et territoire venait de totaliser six ans et plus de 4500 personnes égorgées avec une criminalité qui a connu un point élevé, à Butembo des incursions , jusqu’à violer des enfants et des jeunes filles , à Lubero ,Rutshuru,Nyiragongo des kidnappings. L’élu de Butembo, député provincial et représentant du peuple, dit ne pas rester calme. C’est pourquoi il a adressé une interpellation au ministre provincial de la sécurité pour donner des explications palliatives aux différents élus de la province du Nord – Kivu .
Dans le même sciage, Promesse Matofali pense que la solution à ce problème serait d’avoir des stratégies et d’avoir des bonnes propositions pour mettre fin à cela. Par malchance deux ans après il y a pas des solutions. Pour lui, la personne qui gère le ministère n’est pas à son niveau. C’est pourquoi ils veulent l’interpeller à l’assemblée provinciale afin de répondre au réel problème .
La situation de la journaliste Rosene Karafulo a fait parler l’élu de Butembo Promesse Matofali suite à l’insécurité dans la ville de Goma et demande que cette affaire puissent être traitée avec urgence .
Ricardo olenga.

Notre hebdomadaire imprimé