Goma-Projet YAAP: 48 structures de jeunes benefiniciares échangent sur les résultats atteints en 2 ans

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Les représentants de plusieurs organisations de jeunes bénéficiaires du projet YAAP(Youth Action for Peace project/Action des jeunes pour la paix)ont été réunis en atelier d’échanges ce vendredi 12 novembre 2021 à Goma par le réseau NPCYP(National Partnership of Children and Youth in Peacebuilding) pour le partage d’expériences sur les initiatives menées par leurs organisations dans le cadre de la consolidation de la paix, visée par ce projet.

Ouvertes par le representant du maire de la ville de Goma, ces assises ont réunis les organisations venues non seulement de la ville de Goma, mais également des différents territoires de la province du Nord-Kivu où le projet YAPP est exécuté, notamment Nyiragongo, Masisi et Rutshuru.

Pour monsieur Matthieu Balezi, chef de programme au sein de NPCYP, le bien fondé des assises de ce jour est de permettre à ces organisations de présenter leurs différentes realisations durant ces deux années d’exécution du projet, de révéler les approches et les stratégies entreprises pour le succès de leurs actions, afin d’y tirer des leçons pour la suite.

Nous voulons constituer, à travers ces actions, indique-t-il, “une jeunesse qui n’est plus dans la barbarie, une jeunesse qui n’est plus prête à s’enroler dans les groupes armés, une jeunesse prête à accompagner les institutions de l’État dans la démocratie, la bonne gouvernance et dans la consolidation de la paix”.

Les organisations conviées à cette activité ont démontré, ce qu’ils qualifient “d’exploits” réalisés grâce à ce projet en seulement deux ans de son exécution.

L’experience que Divine Agisha, membre du CEPDGL(Centre d’Etude pour la Paix et le Développement des régions du Grand-Lac) , retient de l’apport de ce projet pour son organisation, c’est d’avoir organisé des séminaires visant à mettre fin aux conflits entre étudiants de cinq institutions du campus du lac (communement appelé “Kinyumba”); à l’issue desquels un comité de gestion des conflits avait été mis en place. Raison de satisfaction pour elle, qui souhaite que le projet se poursuive “vu qu’il y a encore quelques défis à relever pour consolider cette paix,tant souhaité, au sein de ce campus”.

Impression presque similaire à celle de monsieur Bienfait Bateki de Kitshanga en territoire de Masisi, membre de la coopérative agro-pastorale de Bashali.
“la plus grande réussite de ce projet, que je peux noter dans notre région, c’est d’avoir rassemblé plusieurs jeunes des tribus confondues, leur donnant différentes occupations, surtout dans le secteur agro-pastoral” temoigne-t-il.

Ces témoignages et tant d’autres présentés au cours de cette activité constituent un motif de satisfaction pour Steven Malaki secrétaire exécutif de NPCYP, qui dit attendre des ces organisations la capitalisation des leçons apprises dans ces échanges.

“Nos attentes à l’issue de cette activité que nous appelons aussi “peace exchanges”, c’est que les participants puissent capitaliser les efforts des autres. Que les uns puissent apprendre des autres des bonnes pratiques qu’ils ont réalisées dans les zones de mise en oeuvre, mais aussi les défis rencontrés afin de voir comment les surmonter s’il y a une prochaine étape de ce projet après ces deux ans” a-t-il conclu.

Emmanuel BARHEBWA