GOMA : UN CRIMINEL DE MOINS C’EST UN BOHNEUR DE PLUS DIT PATRICK MUNDEKE

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

En réaction à la recrudescence de l’insécurité en ville de Goma dont le dernier cas en date a fait 8 morts en seulement 48 hueres le weekend dernier au quartier Ndosho à l’Ouest de la ville, ce notable du Nord-Kivu est allé rencontrer le gouverneur Carly NZANZU KASIVITA en vue de trouver des voies de sortie de crise.
Au sortir de l’audience lui accordée par l’autorité provinciale la matinée de ce lundi 07 Décembre 2020, Patrick Mundeke, estime que la question sécuritaire concerne à ce stade bien au-delà du seul Gouverneur du Nord-Kivu.
Cet acteur politique, cadre du parti « Ensemble pour la République » de Moise Katumbi en province, dit avoir proposé ses réflexions au patron de l’Hôtel du Gouvernement du Nord-Kivu en vue d’améliorer la situation sécuritaire dans la ville et en province en général:  
 «Nous encourageons l’initiative des habitants de certains quartiers de Goma qui ont commencé à se prendre en charge, se procurant des MOTOROLA et sifflets par initiative interne propre. Ces braves gens méritent un accompagnement de l’autorité… l’on devrait savoir qu’un criminel de moins c’est un bonheur de plus, voilà pourquoi toute la population devrait travailler en franche collaboration avec les services de l’ordre à chaque fois qu’un cas suspect est identifié », a-t-il conclu devant la presse.
Patrick Mundeke, rappelle que le gouverneur devrait poursuivre ainsi son attitude réceptive à recevoir d’autres personnes qui ont des idées pour l’amélioration des conditions sécuritaire dans la ville  Goma mais aussi, Béni et Butembo avec moult recommandations pour une sécurité durable.
Pour rappel, il ne se passe plus une seule nuit sans que la ville de Goma ne soit le théâtre des vols à main armée en plus des manifestations des banditismes urbains.
Les Quartiers NDOSHO, MUGUNGA, Lac Vert et KYESHEO sont reputé les plus touchés par ces actes condamnables.
Le denier cas en date est celui de la tuerie de 11 personnes au Quartier NDOSHO la semaine dernière par un homme armé qui serait officier au sein des Forces Armées de la République Démocratique du Congo non loin de l’endroit connu sous le non de KABASHA.
Les sources officielles au sein de la 34ème région militaire disent être saisi du dossier et se charger de cet élément pris pour brebis galeuse au sein des éléments loyalistes
Ricardo Olenga .