La biographie de Josephine KAVIRA KAHONGYA

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Joséphine Kavira KAHONGYA est une femme humanitaire, entrepreneure et philanthrope congolaise née le 21/11/1982 dans la bourgade de Nyamilima en territoire de Rutshuru au Nord-Kivu, à l’EST de la RDC.

Elle est aujourd’hui la chef de bureau chargée d’administration à la DGRNK au centre opérationnel de recette et présidente l’AMEAD (Association des Mamans Engagées pour l’Auto-prise en charge et le développement)

Joséphine KAHONGYA est mariée et mère de six enfants.

« Déjà à l’âge de onze ans, elle apprend à faire de petites activités génératrices de revenu qui lui permettent de subvenir à ses besoins…

Enfance

Comme la majorité des enfants de son époque, Joséphine KAHONGYA a passé une enfance très imposante. Née dans une famille modeste, Joséphine doit se battre pour surmonter les péripéties sociales. Aux cotés de ses parents, déjà l’âge de 11 ans, elle apprend à faire de petites activités génératrices de revenu qui lui permettront de subvenir à ses besoins, et même à assurer le paiement de ses frais scolaires. Ainsi, on la verra fabriquer des beignets et les vendre, étaler ou vendre à la criée des arachides, etc. Cette expérience sera bénéfique à Joséphine puisqu’elle lui apprendra un sens de responsabilité efficace au niveau familial comme en société.

Jeunesse et parcours scolaire et académique

En 1996, Joséphine Kahongya obtient son certificat à l’EP Mikeno à Goma. L’école la retient pour  son institut secondaire où elle va passer toute son humanité jusqu’en 2003 juste après l’éruption volcanique. Durant ce parcours, elle se fera remarquer par sa bravoure, son dynamisme, son implication dans les activités scolaires. Le plus important de son parcours sera marqué par son côté social. Joséphine est très sociable et solidaire envers ses amis qu’elle considère comme une partie d’elle. Par soucis pour leur épanouissement et leur émergence, Joséphine entretient le rêve de faire la médecine pour pouvoir soigner gratuitement ses amies. Hélas, les moyens et les enjeux sociaux de l’époque ne lui permettront pas de suivre ce chemin. Elle choisit alors les relations internationales, un rêve qu’elle ne réalisera que cinq ans après l’obtention de son diplôme ayant interrompu les études quelques moments à cause de son mariage en 2004.

Joséphine KAHONGYA commence la faculté des relations internationales à l’Université ouverte (CIDEP) qu’elle va abandonner pour l’Université du Kivu (UNIKIVU) où elle va terminer en 2011. Pendant ses études universitaires, Joséphine doit à la fois se battre pour sa vie conjugale et sa vie professionnelle puisqu’elle est en même temps experte des questions humanitaires au programme STAREC. Elle parvient chaque fois à briser toutes les embuches qui l’empêchent d’avancer à cause de bonnes relations qu’elle entretient dans son entourage puisqu’elle attire toujours la sympathie de ses amies.

Parcours professionnel

En 2007, Joséphine est chargée des finances au sein de la coopec COODEFI/Goma (Coopérative de Développement financière), en 2008 chargée des missions au Programme Amani.

En 2010, elle est recrutée au programme STAREC en tant qu’experte des questions humanitaires. Vers 2011, elle se lance dans l’entrepreneuriat dans l’import-export.

En 2012, Joséphine KAHONGYA est nommée chef de bureau chargée d’administration à la DGRNK au centre opérationnel de recette, un poste qu’elle occupe jusque maintenant.

Idéal

En grandissant, Joséphine veut toujours rester proche des gens, aider la communauté. Elle est attirée par des femmes braves qui ont inspiré le monde, des femmes qui ont beaucoup lutté et ont fait leurs preuves. Elle veut suivre le chemin des personnages comme Angela Merkel, Rosa Park et même Simone de Beauvoir. Comme ces grandes dames, Joséphine veut qu’un jour le monde parle d’elle.  Pour y arriver, elle se dit qu’elle doit beaucoup se battre pour l’émergence et l’autonomisation de la femme. C’est dans cet idéal qu’elle crée en 2018 l’AMEAD (Association des Mamans Engagées pour l’Auto-prise en charge et le développement).  Grace à AMEAD, Joséphine veut motiver les autres femmes à rejoindre ses visions, à surmonter leur peur, en vue d’être elles-mêmes actrices du changement et du développement rationnel de leurs entourages, surtout les personnes vulnérables auxquelles elles sont sensées venir en aide.

Vie privée

Joséphine KAHONGYA est mariée depuis 2004 à Monsieur KAKULE Joseph. Née dans une famille musulmane, elle a grandi dans l’islam avant de rejoindre l’église catholique à 22 ans.

Condition féminine

Joséphine a une vision particulière de la femme. Elle désire que celle-ci retrouve sa place et qu’elle arrive à se découvrir et valoriser les potentiels recelés au fond d’elle. Elle rêve et se bat pour que la femme soit autonome et respectée. Elle lutte pour que la femme soit réinsérée dans une société où elle est responsable et où elle pourra accéder aux moyens d’existence durable, cela dans tous les domaines, dans le but de subvenir à ses besoins sociaux. Elle veut se créer un chemin ouvert parmi les grands de ce monde en travaillant au compte des autres. Elle invite surtout les femmes à avoir la foi et travailler. « Sans la foi et la persévérance, la femme ne peut pas exceller ». Pour cela, dans toutes ses initiatives, la femme doit toujours être accompagnée par sa famille, pense-t-elle

Notre hebdomadaire imprimé