Me Jolie FEZA BINTI MUTIA, portait d’une ex-ministre humanitaire

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Déjà en quatrième année des humanités à l’Institut NDAHURA DE Goma, Me Jolie FEZA BINTI MUTIA, teint brun à la voix quasi-roque,  se sentait révoltée de la non-participation des jeunes filles aux réunions communautaires auxquelles elle prenait part presque seule.

C’est dans le territoire de Walikale, que sa passion pour la défense des droits de la femme et de la fille commence, depuis qu’elle est très jeune avant de regagner la ville de Goma après qu’elle a fini son cursus primaire et son cycle d’orientation.

Dans le secteur de WANYANGA, sa terre natale, des jeunes filles qui participent à des réunions communautaires ne sont pas nombreuses;

La jeune Feza est donc presque seule à donner son point de vue parmi une multitude de jeunes hommes qui parlent du développement de Walikale, entité enclavé jusqu’à ce jour du reste de la Province du Nord-Kivu à deux cent quarante kilomètres (240km) de la ville de Goma, capitale touristique de la République Démocratique du Congo.

A l’école secondaire, elle prend le risque de solliciter auprès de son père à la fois sa rétribution scolaire et un surplus pour les autres enfants, essentiellement filles et orphelines en difficulté d’assurer leur scolarité.

Diplômée de droit Privé et Judicaire à Goma, elle prête tout de suite serment comme Défenseure Judiciaire au Barreau du Nord-Kivu.

Pendant son cursus universitaire, elle réunit à Goma les jeunes ressortissants de sa terre natale et fonde l’Union des Jeunes de Walikale (UJEWA). Mais là encore, les filles ne sont pas assez nombreuses.

Mais elle canalise surtout tout ce qu’il a : sa passion et son talent pour créer l’Association de Femmes Filles de Walikale (AFEFWA asbl) en juin 2016 pour la lancer officiellement le 8 mars 2017, association qui a pour vocation de travailler à l’autonomisation de la femme.

Certes, la révision de certains articles du code de la famille et autres loi en RDC en 2018 à la veille des élections du 23 décembre a apporté un plus dans le combat pour l’égalité de chance entre homme et femmes, mais l’association chère à cette femme de faire travaille encore pour rendre ces reformes pratiques sur le terrain.

Le 25 juin 2018, elle est nommée ministre de la Justice, Droits humains et Réinsertion Communautaire au Gouvernement provincial du Nord-Kivu où elle va travailler pour le désengorgement des maisons carcérales de Goma (MUNZEZNZE), Rutshuru(NYONGERA), Butembo(KAKWANGURA), Beni(KANGBAYI), à Masisi et Walikale. Au total, 500 détenus parmi lesquels 244 femmes vont être relaxés puisque leur charges sont bénins.

Entre 2017 et 2020, elle forme autour de 300 femmes et filles sur les techniques de fabrication de bava chlore un produit de nettoyage dans les menages.

Son association UFEFIWA octroie depuis, des micro-crédits rotatifs entre les membres, ce qui leur permet d’exercer de petits commerces et ainsi combler le vide que laisse la crise économique au pays sur, non pas le panier, mais le sachet de la ménagère

Flavien MUHIMA