Kivu Nyota Presse

0 3 minutes 5 mois

Après une série d’activités axées sur la création des clubs de paix en ville de Goma, la coordination provinciale du projet Tufaulu Pamoja au Nord-Kivu a réuni à nouveau les leaders de jeunes ce mercredi 27 avril 2022, pour les outiller sur « comment devenir des bons communicateurs sociaux ».

Pour Nelson Mantama, coordinateur provincial du projet Tufaulu Pamoja au Nord-Kivu, la pertinence de la thématique du jour réside dans le fait que la communication sociale est l’une des prémières préalables necessaires à acquérir pour
les jeunes ambassadeurs qui veulent s’engager pour la construction de la paix et la cohabitation pacifique.

« Nous avons estimé qu’on ne peut pas plaider pour la paix, on ne peut pas aller rencontrer les Communautés pour la paix sans qu’on ne soit un bon communicateur, sans qu’on ne soit un bon communicateur pour les causes sociales. C’est de cette façon que la journée d’aujourd’hui vient de se solder avec cette mission qui a été de rappeler les quelques normes de base pour être un bon communicateur, ce qui va nous permettre d’atteindre nos objectifs, d’apporter la paix, d’atteindre la cohabitation pacifique… » a-t-il expliqué.

Satisfaits des nouveaux bagages acquis grâce à cette séance, les participants ont promis mettre en pratique les enseignements reçus, reconnaissant que ces derniers leur sont utiles non seulement dans le cadre de ce projet mais également dans tout leur parcours entant que leaders de jeunes.

Pour rappel, les leaders des jeunes des 18 quartiers de la ville de Goma, réunis dans la plateforme TUFAULU PAMOJA, ont mis en place depuis mardi 26 avril dernier; 16 clubs des jeunes pour la paix; dans le but de renforcer la cohésion sociale, la culture de la paix et surtout de lutter contre l’insécurité grandissante dans leurs quartiers.

Ces clubs vont dorénavant travailler avec les cadres de base et les autres structures des jeunes de chaque quartier, ont recommandé leurs initiateurs, et seront évalués régulièrement sur base des résultats atteints.

Emmanuel BARHEBWA

Laisser un commentaire