Assassinat diurne de Ngezayo à Goma: Entre stupéfaction,angoisse et psychose au sein de la population

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

La surprénante nouvelle de l’assassinat ce matin de Monsieur Simba Ngezayo, fils de Victor Ngezayo, gérant assossié de l’hotel Karibu; est l’actualité qui defraie la chronique ce mardi 03 novembre 2020 à Goma. Les réactions des gomatraciens n’ont pas céssé de se multiplier depuis que la nouvelle est tombée, exprimant soit un sentiment de stupefaction, d’angoisse, ou de psychose vis-à-vis de ce nième assassinat survenu cette fois, en pleine journée.

C’est toute la ville qui a été alertée quant cette nouvelle de l’assassinat de cet homme d’affaire de Goma est tombée. Que ça soit dans les bus de transport en commun, dans les rues de la ville, ou sur les réseaux sociaux, c’est elle qui était au centre de toutes les conversations.

Que s’est-il passé?

D’après plusieurs médias locaux qui rapportent les faits, c’est aux environs de 7h passé de 12minutes que Monsieur Simba Ngezayo, dans sa jeep, a reçu des balles dans la tête; pendant qu’il voulait faire descendre l’enfant qu’il amenait à l’école. Les faits se sont donc produits, d’après les mêmes sources, à la porte de l’école “Arc en ciel”, non loin du centre d’Accueil Isidore Bakanja, où le petit étudie. Les malfrats qui, probablément suivaient le véhicule de Monsieur Ngezayo depuis longtemps, se sont envolés ensuite dans la nature après leur forfait. N’étant pas décédé sur place, la victime a été vite achéminée à l’hopital avant de succomber quelques minutes plutard.

Entre stupéfation, angoisse et psychose au sein de la population

Des réactions n’ont pas cessé de se produire par-ci par-là au sein de la population de Goma. Les réseaux sociaux ayant donné la possibilité à tout le monde de s’exprimer, plusieurs internautes de Goma ont manifesté leur mécontentement face à cet assassinat diurne.

Que ça soit sur facebook, dans des groupes whatsapp ou sur d’autres réseaux sociaux, on pouvait lire des réactions du genre ” Goma est dévenu invivable”,Ça fait peur quand on doit se faire tuer en pleine journée!”, ”Nous sommes fatigués!”,”où sont nos autorités?”… pour ne citer que celles-là.

À un autre internaute de faire reflechir ses lecteurs sur “quel serait l’état actuel de cet enfant que le père amenait calmément à l’école et qui, au moment de se dire aurevoir comme d’habitude, a assisté plutôt au meurtre de son ” cher papa”?
ça fait pleurer!” réagira en commentaire un autre internaute.

Les faits se repètent

Les cas l’assassinat sont dévénus réccurents en ville de Goma ces dernières semaines. Alors que la plupart des cas sont enregistrés souvent pendant les heures vespérales, ces derniers temps on commence à en avoir même pendant la journée. Pas plutard qu’en date du 19 octobre, un négociant des minerais avait également été sauvagement abattu aux heures matinales dans le quartier Himbi vers l’entrée président.

Bien que les services de sécurité soient à pied d’oeuvre et réussissent parfois à traquer certains de ces bandits, ils devront multiplier des stratégies pour la sécurisation des paisibles citoyens. Pour leur permettre de réussir leur mission, ces services ont toujours appelé la population à une bonne et régulière collaboration avec eux, en faisant des alertes et des dénonciations toutes les fois qu’elle constate des mouvements suspects.

Emmanuel BARHEBWA