Kivu Nyota Presse

0 4 minutes 2 mois

La ville de Bukavu a vibré ce jeudi 29 septembre sous le rythme d’un Sit-in organisé au niveau de la place de l’indépendance par les mouvements citoyens actifs dans la région, pour dénoncer entre autre l’occupation de Bunagana par le M23 soutenus par des troupes Rwandaises, mais également ce qu’ils qualifie de « la complaisance et la complicité de la communauté internationale en faveur des agresseurs de la RDC« .

Organisé notamment par différentes structures et organisations de la société civile du Sud-kivu dont le collectif des mouvements citoyens Amka Congo, l’activité aura bel et bien tenu toutes ses promesses avec à la clé plusieurs activistes et quelques membres de la société civile présents pour exprimer leur mécontentement!

Pour Jeff MWENYEMALI, chargé de l’idéologie dans la coordination provinciale du mouvement Filimbi/Sud-Kivu, c’est inadmissible que dans un pays où il y a des institutions compétentes ainsi que la présence de la communauté internationale représentée par la Monusco que Bunagana ne soit pas contrôlé par l’Etat congolais.

« La RDC restera un et indivisible et en aucun jour nous allons céder une partie du territoire national et ce, sous la barbe impuissante de la communauté internationale » a-t-il martelé, tout fâché.

Pour sa part Auguistin Beya militant du mouvement citoyen Filimbi estime que des actions de ces genres prouvent la solidarité entre tous les congolais et l’amour de leur patrie

« ça fait déjà plus d’une décennie que l’Est du pays persiste dans l’insécurité alors il était temps de se réunir pour montrer à la face du monde et au Gouvernement que le territoire congolais doit être protégé » a-t-il lâché, faisant une évaluation positive de cette activité qui, selon lui, a été une réussite vu la participation active de tous les mouvements citoyens.

Enfin étant également de la partie , pour sa part Paulin Mulume, acteur social et activiste pour le compte du collectif AMKA CONGO pense sans passe par quatre chemin que « Notre pays est victime d’un complot , un complot de la communauté internationale, avec les membres permanents qui gardent silence ».

C’est le moment pour ceux qui dirigent la RDC, ajoute-t-il, de prendre les décisions courageuses pour mettre la logistique nécessaire à la disposition des FARDC afin de combattre les forces ennemies et que Bunagana soit libéré.

Paulin Mulume insiste sur le fait qu’il n’y a pas de Congo sans Bunagana et qu’il n’y aura pas un seul mètre qui sera cedé à un pays voisin. Il ne manque pas non plus de prévenir le Conseil de sécurité des Nations Unies que « votre silence est entrain d’exposer les organismes des Nations unies qui risquent de payer le prix de l’hypocrite », se référant au rapport du Groupe d’experts des Nations unies sur les preuves irréfutables de l’agression rwandaise contre la RDC mais qu’aucune sanction ne s’en suit.

Les participants à cette action citoyenne promettent que d’autres actions pourraient s’en suivre si Bunagana n’est pas libéré. On a noté également parmi les participants, le collège provincial des étudiants du Sud-Kivu et de la nouvelle dynamique de la société civile du Sud-kivu.

Yayous Maskash

Laisser un commentaire