Culture: les artistes de Goma formés sur la résolution pacifique des conflits par l’asbl Badilika

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Une vingtaine d’artistes de Goma évoluant dans les domaines de la littérature, la poésie, le slam, le théâtre, le dessin, la peinture, l’humour, etc. ont été réunis en atelier de formation ce mardi 16 mars 2020 à Goma sous le thème: “l’analyse et la nature des conflits”.

Organisé par la clinique littéraire ” Badilika ! (asbl)”, une structure encadrant les jeunes artistes en vue d’un changement positif au sein de la communauté, cet atelier a eu pour objectif, d’après Thaïs-Benjamin Akole Kisangala, un des organisateurs, d’outiller ces artistes sur leur rôle dans la résolution pacifique des conflits pour instaurer un climat de paix “dans notre région ravagée par des multiples conflits”.

Pour Ibrahim Ali, facilitateur du jour, on ne peut se passer du rôle des artistes dans la résolution pacifique des conflits au sein de la communauté vue l’influence qu’ils acquièrent à travers leurs différentes œuvres.

“Nous avons pensé orienter cette intervention vers les jeunes artistes d’abord pour les outiller sur comment se comporter eux-mêmes face aux conflits au sein de la société mais aussi parce que nous avions compris qu’ils peuvent donner des messages de paix ici et là, ils peuvent nous aider à résoudre les conflits et apporter le développement au sein de la société” a-t-il déclaré avant d’inviter tous les participants à cet atelier à être des ambassadeurs des enseignements reçus partout dans la communauté.

Monsieur Lebon Kashala, cadre de base du Quartier Himbi, invité à cette activité comme représentant des autorités, se dit réjoui de l’initiative de l’organisation Badilika d’avoir choisi un tel thème dans un contexte de conflits permanents dans la société, l’invitant à vulgariser ces genres d’enseignement dans toute la communauté.

“Je remercie l’équipe Badilika pour cette formation  qui permet de savoir comment résoudre les conflits dans notre milieu, dans nos familles et dans notre pays. Elle a bien fait d’outiller d’abord les jeunes artistes qui sont les acteurs majeurs dans le processus de résolution des conflits mais je veux ici lui recommander d’étendre ces enseignements pour faire parvenir ces messages à toutes les couches de la population, car c’est vraiment édifiant…”

Les artistes présents à cette activité se sont dits édifiés par les enseignements et ont promis de s’engager désormais dans la résolution pacifique des conflits qui les ont souvent opposés soit avec les autorités ou soit avec eux-mêmes, ou encore avec d’autres membres de la société.

Il sied de noter qu’à l’issue de cette activité, la clinique Badilika, sous l’appui de NPCYP, compte réunir à nouveau ces artistes pour une séance de travail, à l’issue de laquelle ceux-ci produiront en communs des œuvres artistiques portant des messages de paix destinés à la population, l’appelant à la résolution pacifique des conflits pour une paix durable.

 Emmanuel BARHEBWA