Stino Lanç’art, le sceptre de la musique congolaise

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Il est des artistes avec plus d’enthousiasme, plus de déterminisme quand il faut qu’ils soient ambitieux. Faustin MBAYA SAMBA, ou si vous voulez, STINO LANC’ART, puisque c’est de lui qu’il s’agit en fait bel et bien partie. Né le 23 mars d’une certaine année, STINO LANC’ART oriente son genre musical vers l’Afro Beat et le Word Music offrant à la rumba congolaise un tonus particulier.

C’est « Tout Chic International », un orchestre du quartier qui accueille le jeune Stino en 2010 après avoir passé son temps dans une chorale. Chez Tout Chic International, il forge sa musique aux cotés de JC KIBOMBO, YANNICK DIEGO ou JAKARTA. En 2013 Lanc’Art sort de sa coquille, un orchestre personnel de l’artiste qui lui offre l’opportunité de prester dans des  Night Club alors célèbres à l’époque comme Cotton Club, Riviera Club, Scandinavia avec lesquels il venait de signer d’importants contrats, ce qui fera en sorte que la même année, il soit découvert par Richard Bongania. Deux ans après, en 2015, Stino passe un test de recrutement au sein de Wenge Musica Maison Mère chez Werrason qu’il décroche avec un grand succès, ce qui lui permettra d’ailleurs de prester pour  la première dame Olive Lembe Kabila lors de la soirée de la célébration de sa fête d’anniversaire à sa résidence à Goma. Stino Lanç’art a été invité au Festival Amani édition 2016.

Puisqu’il veut demeurer autonome, nous dira-t-il, lors d’une interview consacrée exclusivement à Kivunyota Magazine, Stino Lanç’Art quitte Werrason en 2017 et rentre à Goma. Il  éveille son orchestre sous « Lanc’art des Stars » avec lequel il travaille aujourd’hui dans le but de redynamiser la musique de Goma.

Pour Stino Lanç’Art, il est très crucial d’offrir à la musique congolaise de Goma une autre image désorientée de l’interprétation des titres d’autres artistes mais un labeur où l’artiste lui-même doit parvenir à s’imposer au public à travers ses propres compositions. C’est sur ce coté-là qu’il aspire travailler pour nager dans la primauté d’inspiration des jeunes générations, un sceptre musical bien tenu dans ses talentueuses mains ambitieuses.

A son actif, il a chanté des titres comme, « Denda », « Roda tu m’as dit », « Ton absence »,  « Insécurité d’amour », « Bolingos », « je suis béni »(futur album)

Notre hebdomadaire imprimé